A la Une

vendredi 5 avril 2013

Relations Arménie-Azerbaïdjan


 

***

 

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Les semaines et les mois passent, mais les progrès restent au point mort. Rien d’étonnant à cela, les dirigeants tant côté arménien qu’azerbaidjanais sont les mêmes, les pourvoyeurs de fonds et d’armes sont les mêmes, et les grandes puissances ont autre chose à faire qu’à s’immiscer réellement dans la résolution du conflit, laissant aux belligérants
le soin de régler leurs problèmes.

 

Ils n’ont que faire des injustices révélées par l’éclatement de l’Union soviétique, ce qui les intéresse avant tout c’est le business et plus spécialement les fournitures énergétiques vers l’Occident. Donc, tant que la guerre n’a pas éclaté, il n’y a pas urgence. Et tant pis si les actes sur le terrain sont en contradiction avec les paroles des uns et des autres.

 

Ainsi les observateurs de l’OSCE sur les frontières Azerbaïdjan-Arménie et Azerbaïdjan-RHK pourront poursuivre leur mission ad aeternam sans jamais relever la moindre violation du cessez-le-feu tant qu’ils continueront à prévenir tout le monde de leur passage. Les pourparlers sur un règlement pacifique du conflit du Haut-Karabakh vont aussi continuer de la sorte tant que le potentat de Bakou voudra tout, sans rien céder à son interlocuteur, et notamment refuser les propositions des médiateurs internationaux, basées sur les principes de Madrid et l’acte final d’Helsinki.

 

Bref, on ne se dirige pas vers un règlement pacifique du conflit mais vers un règlement de comptes. Les dirigeants azéris ont maintes et maintes déclaré vouloir reprendre par la force si nécessaire ce qu’ils considèrent comme leurs biens. Sinon pourquoi dépenser des milliards en armements dont un grand nombre offensifs, alors que le niveau de vie de la population du pays stagne depuis des années. Quant aux réfugiés, leur situation est artificiellement maintenue en l’état pour faire pression sur organisations internationales et arracher au passage quelques subsides.  

 

Le malheur, c’est qu’ils entrainent dans leur vision manichéenne les voisins de l’Arménie.

 

 

***

 

Traductions –revue de presse

 

***

 

Du conflit arméno-azéri

 

"Il est grand temps pour l'Azerbaïdjan de cesser de créer de nouvelles lignes de démarcation. Il est naturel que le ministre des Affaires étrangères du pays guidé par l'idéologie anti-démocratique, ne comprenne pas que l'amitié avec quelqu'un contre quelqu'un d'autre est à courte vue dans le monde contemporain. Aussi, l'Azerbaïdjan
 
 


 

***

 

Vol Erevan-Van

 

Sur injonction de Bakou, Ankara a décidé d’annuler les vols Erevan-Van

 

"Le vol entre Erevan-Van n'a pas d'objectifs politiques mais les autorités turques ont tenté de le politiser. En l’annulant, les autorités turques ont tenté d'exercer une fois encore une pression politique sur l'Arménie, [et] avec l'intention

 


 

***

 

Relations Israël-Turquie

 

L’écrivain conservateur turc Ismet Ozel a écrit un article consacré aux récentes excuses choquantes d'Israël à la Turquie concernant le raid israélien sur le navire turc à destination de Gaza, "Mavi Marmara".

 

Dans son article, Ozel attire l'attention sur le fait
 


 

***

 

Le coin des experts

 

"Le Sud-Caucase est une région importante, et qui intéresse  grandement les États-Unis et la Russie", a déclaré le directeur du programme Russie et Eurasie de la Fondation Carnegie pour la Paix Internationale, James Collins.

 

"Les intérêts des Etats-Unis et de la Russie ne

 

 
 

***

 **

 

Extrait de Armenialiberty, de Radiolour, de PanArmenian et de News.am

 
 




Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More