A la Une

dimanche 8 juin 2014

Bakou et Ankara préparent à leurs manières 2015


 


***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

Que ce soit X, Y ou Z qui se rende dans les pays du Sud-Caucase, rien n'y fait, Ilham Aliev n'a cure de leurs propositions et maintient sa ligne de conduite avec un surplus de violations du cessez-le-feu. Certes si les réceptions sont probablement plus fastueuses que celles organisées par l'Arménie, si le circuit passe maintenant par un mémorial du génocide – avec éventuellement un plantage d'arbre, il n'en reste pas moins que Bakou malgré les paroles mielleuses, pour ne pas dire hypocrites de ses dirigeants, ne change rien à son comportement. Il suffit de descendre d'un cran dans la hiérarchie pour que la xénophobie, la haine anti-arménienne fassent surface; ce qui se traduit par :
-      Une augmentation de la tension sur la ligne de contact au Karabakh, souvent associée à des tirs sporadiques à la frontière arméno-azérie, voire des tentatives d'infiltration en Artsakh, avec cette fois-ci, des tirs meurtriers à partir du Nakhitchevan;
-      Un rejet des propositions de contrôle sur la ligne de contact par les observateurs de l'OSCE;
-      Un rejet absolu de toute idée d'indépendance du Haut-Karabakh, droit d'autodétermination ou pas;
-      Une préparation intensive, en actes et en discours, à une reprise prochaine des hostilités.

Quant aux divers organismes et/ou ONG qui font des remarques sur les faits et gestes de l'Azerbaïdjan, le potentat azéri

se sent suffisamment puissant pour passer outre, fort de ses pétrodollars et de ses alliances avec les pays musulmans, pour lesquels les notions de valeurs
démocratiques et de liberté passent au Nième plan.


Dis-moi comment tu t'assieds et je dirai qui tu es !

Je ne puis m'empêcher de penser aux pays occidentaux pour qui ces sujets sont primordiaux, et qui sont persuadés que ceux d'en face vont suivre leur exemple. Aussi, lorsque le Calife de Bakou se fiche ouvertement de ses interlocuteurs par des mensonges gros comme une maison, ces derniers font comme s'ils n'avaient rien compris et continuent leurs salamalecs.

(…)

La Turquie qui voit s'approcher à grand pas le centenaire du génocide arménien, voit dans le même temps s'éloigner lentement mais surement son adhésion à l'Union européenne. Et ce n'est pas parce que de nombreux pays, Etats-Unis et ses godillots en tête, refusent d'utiliser le mot génocide qu'Ankara

se sent pour autant rassuré. Le gouvernement turc, quelle que soit sa couleur, sait très bien à quoi s'en tenir sur le sujet, tout comme il sait que si de nombreux pays lui font risette c'est grâce à sa position géographique et non pour être un défenseur des valeurs démocratiques et des libertés.


Habituée depuis de fort nombreuses années à manier le cynisme et le mensonge pardon la diplomatie, la Turquie, ne pouvant agir directement sur la diaspora arménienne malgré ses condoléances et ses propositions soi-disant alléchantes, utilise les fanatiques Djihadistes pour s'en prendre à la diaspora, en l'occurrence de Syrie, sous couvert de dommages collatéraux d'une guerre civile. Lesquels terroristes se paient en pillant les maisons abandonnées, en plus de tuer et/ou de convertir de force.

Et que font les Occidentaux ? Ils palabrent et ils palabrent, quand ce n'est pas verser des subsides à l'opposition ou devrais-je dire aux opposants. Il est plus facile de s'en prendre à l'allié de Moscou qu'à Moscou lui-même. Quant aux grandes démocraties du Golf - le Qatar et l'Arabie Saoudite, grands alliés de Bruxelles et de Washington, ils financent aussi l'opposition, mais attention pas n'importe quelle opposition, les Djihadistes; et pour faire bonne mesure, accessoirement des équipes de foot européennes en plus d'achats massifs de biens immobiliers.

***

Traductions – revue de presse

Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de News.az et de Today.az

***

L'OSCE au Sud-Caucase

Après sa visite en Géorgie et en Azerbaïdjan, le président en exercice de l'OSCE, le suisse Didier Burkhalter, s'est rendu en Arménie, troisième volet de son périple. Au sortir des rencontres, il a tenu une conférence de presse avec le président Serge Sarkissian.

Le chef de l'Etat arménien a salué la visite de l'invité de haut rang dans le pays et a souligné que cette réunion revêt une importance particulière pour la partie arménienne, puisque l'OSCE est en charge depuis de nombreuses années du dossier sur le conflit du Haut-Karabakh, qui est d'une importance vitale pour l'Arménie.

"Nous allons discuter à la fois de l'ordre du jour de nos relations bilatérales et les divers aspects de notre coopération dans le cadre de l'OSCE. Bien sûr, je suis heureux que
 
 
***

Didier Burkhalter en Azerbaïdjan

Le Président Ilham Aliev s'est félicité de la visite du Président de la Confédération Suisse Didier Burkhalter, notant que plusieurs questions importantes concernant les relations bilatérales ont été discutées lors de la visite. Il a exprimé sa confiance que la présidence suisse de l'OSCE sera couronnée de succès et qu'elle prendra une part active dans les négociations sur le règlement du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabakh.

"Nous espérons que votre visite dans la région sera


***

Le conflit du Karabakh et le Conseil économique eurasienne

Le Président Ilham Aliev a remercié son homologue kazakh Nursultan Nazarbayev pour "avoir appuyé la position de Bakou lors de la réunion du Conseil économique eurasienne dans le cadre de l'adhésion de l'Arménie à l'Union douanière".

Quelques temps auparavant, à la demande de l'Azerbaïdjan le Président du Kazakhstan avait fait remarquer lors de la réunion du Conseil économique eurasienne que l'Arménie ne pourra rejoindre l'Union eurasienne uniquement dans ses frontières reconnues.

Aliev a exprimé sa gratitude

Suite
 
***

Bis repetita

Suite au décès de deux soldats arméniens à la frontière avec le Nakhitchevan, le Ministère arménien de la Défense a informé le représentant personnel du Président en exercice de l'OSCE, Andrzej Kasprzyk, de l'incident par le communiqué suivant :

"Cette provocation à la ligne de contact est la suite logique des activités des forces armées azerbaïdjanaises au cours des derniers jours, ce qui est encore une autre preuve du fait que les autorités du pays voisin ignorent


***

CEDH

Mardi, la Cour européenne des droits de l'homme a accepté l'appel déposé le 11 Mars dernier par le gouvernement suisse, concernant la décision de la cour du 17 Décembre 2013, que la négation du génocide arménien n'était pas un crime, et demandant l'annulation de la condamnation de Dogu Perinçek, qui selon le droit suisse est une infraction pénale.

Le communiqué de presse stipule : 
 
 
***
 
Relations Azerbaïdjan-Grande-Bretagne

«Le gouvernement britannique a nommé un envoyé spécial pour les questions commerciales entre l'Azerbaïdjan et le Royaume-Uni, et il s'agit d'un pas supplémentaire»,a déclaré le parlementaire du groupe d'amitié Azerbaïdjan-Grande-Bretagne, Lord Kilclooney.

Parlant de l'activité du groupe de Minsk de l'OSCE, Lord Kilclooney a déclaré que le groupe de Minsk de l'OSCE est un obstacle au règlement du conflit du Haut-Karabakh : "parce que le groupe de Minsk est contrôlé par les États-Unis, la Russie et la France. Ces pays s'opposent à l'Azerbaïdjan. C'est pour cela que le conflit est irrésolu depuis une vingtaine d'années".

Concernant un nouveau format pour le règlement du conflit, Lord Kilclooney a fait remarquer qu'il est difficile d'être précis sur ce point et qu'il a besoin de temps.


***

 **


Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de News.az et de Today.az

 
 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More