A la Une

mardi 9 septembre 2014

Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais




***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

A l’approche du centenaire du génocide arménien, le mot «sözde» (‘soi-disant’ en turc) revient à la mode dans la bouche des dirigeants ottomans quand le sujet est abordé.

Croire que parce qu’Erdogan est arrivé à la fonction suprême, la politique envers l’Arménie et les Arméniens va changer, serait une erreur colossale. On vient d’assister à un spectacle de chaises musicales où le premier ministre devient président de la République, le ministre des Affaires étrangères premier ministre, et cerise sur le gâteau, Mevlüt Çavuşoğlu(1) ministre des Affaires étrangères. Selon le principe des chaises musicales, on a retiré un fauteuil et c’est l’ex-président Abdullah Gül qui s’est retrouvé sur le carreau. Avoir le trio Erdogan-Davutoğlu-Çavuşoğlu aux postes clés à la veille du centenaire du génocide arménien n’annonce rien de bon et surtout pas un quelconque geste positif envers l’Arménie.

La démarche du ministre Edouard Nalbandian invitant le président turc nouvellement élu reste strictement dans le cadre diplomatique et des bonnes manières, histoire de montrer à la communauté internationale que ce n’est pas l’Arménie qui bloque la normalisation des relations entre les deux pays, mais bien la Turquie qui s’entête à lier le conflit du Karabakh au processus de normalisation.

Reste que ce changement à la tête de l’Etat ne modifie strictement en rien la position de la Turquie sur nombre de dossier et notamment ceux concernant l’Arménie et les Arméniens, sinon le
verrouiller encore plus. L’occupation du Nord de Chypre est plus que jamais acquise. Ce n’est pas pour rien que Davutoğlu a fait son premier déplacement en République Turque de Chypre Nord alors qu’Erdogan se rendait à Bakou. Il est bien loin le temps où ce ministre néo-ottoman prônait le «Zéro problème avec les voisins».

Mais Ankara n’est pas à un illogisme près. Occuper militairement 37% d’un Etat voisin depuis quarante ans ne le gêne pas du tout, par contre tancer l’Arménie qui défend ses compatriotes du Karabakh le met en rage. «Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais»
 

N.B : À lire notamment les deux dernières analyses très perspicaces.

(1)        Rappelons que le sieur Mevlüt Çavuşoğlu lorsqu’il était président  de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe de 2010 à 2012, a refusé de se rendre au mémorial du génocide (Dzidzernagapert) lors de sa visite en Arménie, et qu’il a tout fait pour mettre sur pied une sous-commission pour s’occuper du conflit du Karabakh en parallèle avec le groupe de Minsk de l’OSCE.

***

Traductions – revue de presse

***

Relations Arménie-Turquie

«Les relations turco-arméniennes ne seront pas normalisées jusqu'à ce que le conflit du Haut-Karabagh soit résolu. La situation entre la Turquie et l'Arménie va continuer comme avant. Ankara l’a déclaré à plusieurs reprises,", a déclaré à Bakou le président nouvellement élu Recep Tayyip Erdogan.

Lors de la conférence de presse suivant sa rencontre avec le président azerbaïdjanais Ilham Aliev, M. Erdogan a souligné qu'ils avaient discuté des prochaines étapes à prendre sur cette question.

"Les relations turco-azerbaïdjanais continueront à se développer d'une manière différente. À l'heure actuelle, les problèmes de la région doivent


***

Relations Arménie-Russie

Le président Vladimir Poutine a présenté l'accord sur l'Union économique eurasienne au parlement national pour ratification.

L'accord sur la mise en place de l'Union économique eurasienne a été signé par les présidents de la Russie, de la Biélorussie et du Kazakhstan, le 29 mai 2014 à Astana.
 
L'accord est le document de base définissant les accords entre la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan pour la création de l'Union économique eurasienne pour la libre circulation des biens, des services, des capitaux et la main-d'œuvre et la conduite des politiques coordonnées ou communes dans des secteurs clés de l'économie, tels que l'énergie, industrie, l'agriculture et le transport. L'accord prévoit les transitions de la Russie, de la Biélorussie et du Kazakhstan pour la prochaine étape de l'intégration après l'union douanière et l'espace économique commun.

L'accord sur l'Union économique eurasienne rentrera en vigueur le 1er Janvier 2015.

Poutine a également approuvé la proposition du gouvernement pour l'adhésion de l'Arménie au traité sur l'Union économique eurasienne.

L'instruction du président russe "juge opportun de signer l'accord lors d'une session du Conseil économique eurasienne supérieur au niveau des chefs d'Etat", indique le document.

***

Etats-Unis

Le porte-parole du Département d'Etat américain, Jen Psaki, a refusé de commenter l'adoption d'une résolution par le Sénat californien reconnaissant l'indépendance de la République du Haut-Karabagh (Artsakh).

"Je n’ai pas de commentaire à ce sujet. Je vous le promets. C'est une question relevant d'un Etat. Poursuivez," a déclaré Psaki.

Le Sénat de la Californie, dirigé par le président du Sénat, Pro Tem Kevin De Leon, a adopté le 27 août à une écrasante majorité de voix la résolution de Mike Gatto (AJR 32) demandant d’encourager l'Artsakh à poursuivre les efforts pour se développer comme une société libre et une nation indépendante et au Président et au Congrès des États-Unis de
 
Suite

***

Relations Géorgie-Azerbaïdjan

La Géorgie et l'Azerbaïdjan ont fait un exercice conjoint intitulé «Safe Caucase 2014» dans un champ de tir militaire dans le Sud de la Géorgie.

Le but de l'exercice était d'améliorer la coordination des équipes de secours dans le cadre de la coopération entre les deux pays sur l'assistance mutuelle en cas d'urgence à grande échelle. Notamment sur  le travail à mener en réponse aux déversements de pétrole dans les terres et dans les eaux.

Etaient présents en plus des ministres concernés des représentants des compagnies pétrolières comme BP.

***

OTAN

Suite au sommet de l’OTAN au pays de Galles, la déclaration suivante a été émise par les chefs d'Etat et de gouvernement participant.

"L'OTAN continuera à soutenir les efforts vers un règlement pacifique des conflits dans le Caucase du Sud, ainsi qu’en Moldavie, basé sur les normes du droit international, la Charte des Nations Unies et l'acte Final d'Helsinki.

La persistance de ces conflits prolongés continue d'être un sujet de préoccupation particulier, qui mine les possibilités pour les citoyens de la région à atteindre leur plein potentiel en tant que membres de la communauté euro-atlantique.

Les participants du Sommet au pays de Galles demandent instamment
 
Suite

***

Azerbaïdjan

"Genève accueillera début Octobre la session d'automne de l'Assemblée parlementaire de l'OSCE. La date exacte et l'ordre du jour de la session ne sont pas encore clairs. Probablement, les points examinés lors de la session de Bakou seront rediscutés car de nombreuses questions restent encore en suspens,» a déclaré la vice-présidente du Parlement azéri et chef de la délégation azerbaïdjanaise à l'AP-OSCE Bahar Muradova.

"La délégation cherchera également à trouver une solution aux questions soulevées à Bakou concernant l'activité du Groupe de Minsk de l'OSCE et le conflit du Karabakh.

Nous parlerons également de la proposition du président du Parlement azerbaïdjanais Ogtay Asadov concernant le Groupe de Minsk de l'OSCE, en espérant

Suite

***


Le coin des experts et des observateurs

Aharon Adibekian

Alexander Arzoumanian

Edouard Sharmazanov

Artak Chakarian

Claude Salhani(*)

Suite

***

 **

Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de News.az et de Today.az

 

 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More