A la Une

lundi 1 décembre 2014

Crash de l’hélicoptère arménien (suite et fin)


 

***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

Trois semaines après que l’hélicoptère arménien soit abattu, les remous ne se sont pas calmés. Que ce soit les dirigeants arméniens en déplacement à l’étranger ou au contraire des diplomates étrangers en Arménie, le sujet est abordé et commenté abondamment. Pour Bakou, ce n’est qu’une péripétie liée au fait que le Karabakh est une partie indivisible de l’Azerbaïdjan et que son espace aérien est donc inviolable. Et comme de plus l’impunité est une notion couramment pratiquée par les Occidentaux – sauf s’il s’agit de la Russie, alors pourquoi s’en priver ?

Comme il a été dit à de multiples reprises, l’Azerbaïdjan n’a jamais accepté les propositions de la communauté internationale et encore moins reconnu ses violations [un millier du 23 au 29 Novembre]ou sa mauvaise foi. Seul compte pour le clan Aliev l’intégrité territoriale du pays, c'est-à-dire le territoire octroyé par les Bolcheviks et consolidé sous le régime soviétique. Le potentat azéri n’a que faire des notions comme le non recours à la force ou à la menace de la force, et surtout du droit à l’autodétermination des peuples. Quant aux valeurs démocratiques, telles les libertés ou les droits de l’homme, c’est vraiment le dernier de ses soucis, partant du principe que ‘charbonnier est maitre chez lui’ et que les pétrodollars servent à beaucoup de choses, notamment à calmer, voire à soudoyer, les consciences occidentales.

D’ailleurs, le grand frère ottoman est là pour lui donner l’exemple.
On peut se foutre de la tête des Occidentaux dans les grandes largeurs en leurs faisant croire que l’on est un vrai pro-européen, que l’on appartient à l’OTAN, sous réserve que l’on ne touche pas aux amis coreligionnaires -  frères musulmans, islamistes ou salafistes, et que l’on ferme les yeux sur ses magouilles avec les Djihadistes.

Pour ce faire, c’est très simple. Il suffit de signer tous les documents qu’on lui présente, et dans la foulée ne pas honorer sa signature pour diverses raisons. Je citerai pêle-mêle : - l’accord de cessez-le-feu entre Arméniens et Azerbaidjanais (Mai 1994) au motif que l’Arménie occupe 17% du territoire azerbaidjanais ; - la signature par la Turquie de l’extension de l’accord d’union douanière aux 10 nouveaux pays membres, dont Chypre (Juillet 2005) au motif que les Chypriotes grecs n’ont aucun droit sur le Nord de leur ile; - les protocoles de normalisation arméno-turcs (Octobre 2009) au motif que l’Arménie est un occupant, alors que lui-même la Turquie occupe 37% du territoire chypriote !

Ce doit être une caractéristique des gouvernements turcs, qu’ils soient ottomans ou  azéris, de manquer à ses engagements !
 

***

Traductions – revue de presse

***

Arménie

«Stepanakert n'a pas l'intention d'échanger les deux saboteurs azerbaïdjanais contre les corps des pilotes de l'hélicoptère abattu le 12 novembre dernier,» a déclaré le porte-parole du président de la RHK, David Babayan.

"Ces saboteurs ont commis un crime et doivent être punis. ()… Nos efforts diplomatiques ont abouti à un communiqué publié par les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE, qui ont exhorté l'Azerbaïdjan d’arrêter de faire feu et de permettre l'accès aux pilotes morts. La partie arménienne est prête pour une contre-attaque en cas de nouvelle provocation azérie, avec des défenses de première ligne prêtes à être mises en œuvre,", a déclaré pour sa part le ministre arménien de la Défense, Seyran Ohanian, commentant l’opération spéciale des forces du Karabakh qui ont


***

Relations Arménie-Pologne

L’ambassadeur de la Pologne en Arménie, Zdzislaw Raczynski, a déclaré que son pays comprenait la position de l'Arménie puisque cette dernière est dans une situation spécifique, toutefois concernant son évolution depuis ces dernières années, il a ajouté :

"Mais je vais être franc. Dans les années 80, l'Arménie était plus avancée que la Pologne dans de nombreux domaines. Aujourd'hui, la Pologne est l’un des pays avancés de l'Europe centrale, occupant la 20ème place sur l'économie mondiale et la 6ème dans l'UE, en plus d’être membre de l'UE et de l'OTAN. Il y a une question dont je n’ai pas la réponse : quelle sera l’évolution de l’Arménie d'ici 25 ans ? L'Arménie est dans une situation spécifique.

Suite

***

Azerbaïdjan

Le service ‘des risques particuliers’ du ministère azerbaïdjanais des situations d'urgence a mené un exercice tactique de prévention des sabotages près du barrage de Mingechaur : détection d’une bombe et son désamorçage.

Le barrage fait partie des ‘cibles potentielles’ qui sont fréquemment mentionnées dans le contexte du conflit, surtout en période d'escalade.

La retenue d’eau est située sur la rivière Kura, dans le sud-ouest de l'Azerbaïdjan, tout près de la ligne de contact ; Quelles seraient les conséquences d'une catastrophe ?
 
Suite

***

Turquie

Le vice-président américain Joe Biden et le Premier ministre turc Ahmet Davutoğlu ont participé au sommet du Conseil économique et énergétique Atlantique-Etats-Unis à Istanbul.

Ahmet Davutoğlu a déclaré : «Si l'énergie est utilisée comme moyen de pression politique, aucun côté ne sera gagnant. Nous devons voir l'énergie comme un moyen de développement, géopolitique, géoéconomique et géoénergétique. Nous voulons deux choses autour de nous: la stabilité et la confiance. L’instabilité et la terreur autour de nous menace

 
***

OTAN

«Il n'y a pas d'alternative au règlement pacifique du conflit du Karabakh. Nous sommes préoccupés par les incidents et les violences au Haut-Karabakh, » a déclaré le Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, à la 60ème Session plénière de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN à la Haye.

«Je ne vois aucun rôle direct de l'OTAN, mais l'OTAN soutient le processus de Minsk en vue de créer les conditions d'une paix durable au Haut-Karabakh au moyen de négociations,» a-t-il ajouté.

***

Etats-Unis

«Le tir meurtrier contre l'hélicoptère militaire et la violence subséquente soulignent une fois encore la nécessité de trouver une solution pacifique au conflit du Haut-Karabakh,» a déclaré Jeff Rathke, le directeur du Bureau de presse du Département d'Etat.

"Nous exhortons toutes les parties à faire preuve de retenue et à éviter les actions qui augmenteraient les tensions le long de la ligne de contact. Nous demandons également aux côtés de recentrer leurs efforts pour négocier un règlement pacifique et durable au conflit du Haut-Karabakh. En tant que coprésident du Groupe de Minsk, les Etats-Unis sont prêts à


***

Francophonie

Le 15e Sommet de l'Organisation internationale de la Francophonie qui s’est tenu à Dakar a adopté une résolution finale qui stipule notamment concernant le conflit du Karabakh :

"Nous appelons toutes les parties au conflit à s'abstenir de recourir à la force et à la menace de la force, qui pourrait mettre en danger le processus de paix, de poursuivre les négociations sur la base commune et indivisible des propositions des coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE, à savoir : le non recours à la force ou à la menace de la force, l'intégrité territoriale, l'égalité des peuples et leur droit à l'autodétermination."

***

Le coin des analystes et des observateurs

«La destruction en vol de l'hélicoptère arménien a changé la situation politique dans les relations Arménie-Azerbaïdjan et a mis au grand jour que les efforts de médiation qui ont commencé en été, n'ont eu aucun effet sur Bakou. La communauté internationale ne possède pas l'ensemble des outils pour influer sur l'Azerbaïdjan, et la paix relative est maintenue seulement grâce aux efforts de l'armée arménienne,» a déclaré le politologue Hrant Mélik-Chahnazarian.

«Le conflit du Karabakh est entré dans une nouvelle étape après les événements d'août.

()… L’opération spéciale pour récupérer les corps des pilotes de l'hélicoptère abattu, a été menée par un commando de quatre membres, après un déminage partiel du site du crash.

L’incident ne signifie pas que les coprésidents du groupe de Minsk sont incapables de résoudre certaines questions, et pourraient se servir de l’incident comme point d’appui pour changer la tournure des négociations, quelque chose auquel l'Azerbaïdjan aspire ?                                                                                                   

()… Bien sûr, la Turquie voudrait jouer un rôle plus important, parce qu'elle a compris que les pays coprésidents du groupe de Minsk sont aussi un club, où les superpuissances coordonnent leur politique au Sud-Caucase. Je pense que la détermination de la partie arménienne et des pays coprésidents du groupe de Minsk, aidera à maintenir le format actuel.»

Selon l'ancien ambassadeur d'Arménie au Canada et actuel directeur du centre Modus Vivendi, Ara Papian, l'opération de la partie arménienne était "nécessaire, mais insuffisante." Aussi, 2015 sera une année décisive, une année d’opportunités et de risques.
 

***

 **

 

 

Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de Times.am, de Tert.am, de Panorama.am, de Lragir.am, de News.az, de Today.az, de Zaman, de Hurriyet et d’AzadArtsakh

 

 














 

 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More