A la Une

mercredi 6 mai 2015

La Turquie et le génocide arménien (IX)


 

***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

Les Arméniens espéraient sans trop y croire, que Barack Obama prononcerait le mot magique et qu’au moins la Turquie s’excuserait. Le premier ayant trop d’intérêts stratégiques avec son allié ottoman s’est plié à son désir, la seconde s’est enfoncée encore plus dans son déni en déplaçant la commémoration de la bataille de Gallipoli le 24 Avril.

Toutefois, le plateau de la balance commence sérieusement à pencher du mauvais côté pour l’équipe Erdoğan. Car si pour les dirigeants turcs les massacres d’Arméniens sont un ‘détail de l’histoire’, comme dirait un certain J.M Le Pen, il n’en est pas de même pour les Européens. Que ce soit sur les événements de 1915, sur les droits de l’homme, sur les libertés, ou sur la position plus qu’ambigüe envers l’état islamique, l’Union européenne commence en avoir assez des frasques des islamistes modérés, dont la dénomination ‘modérés’ relève plus de l’oxymore que de la réalité.

Il est devenu clair pour pas mal de monde hauts placés que l’adhésion de la Turquie à l’UE a une nette tendance à s’éloigner, y compris pour la Turquie elle-même. Les derniers propos du ministre turc des Affaires européennes, M. Volkan Bozkir, ne vont pas du tout dans le sens d’un apaisement ; étrange manière pour un négociateur en chef.

Ce comportement des dirigeants turcs n’a fait que confirmer ce que bon nombre de personnes savaient déjà : Il n’y a pas grand-chose à attendre de la classe politique turque sur ce sujet. Le changement en cours repose essentiellement sur la société civile, sur un certain nombre de médias et d’intellectuels, ainsi que sur les représentants de la minorité kurde.

Quant au dialogue arméno-turc, même les plus fervents défenseurs des protocoles de normalisation, signés en octobre 2009, ont bien compris que la Turquie n’a nulle intention de ratifier quoi que ce soit, et que ces protocoles sont là pour faire pression sur l’Arménie dans le conflit du Haut-Karabakh. Ce n’est pas pour rien que les dits protocoles ont été retirés du parlement par le président Serge Sarkissian.

Toutefois, ne boudons pas notre plaisir, en comparaison des années précédentes, les politiques français tout comme les médias ont largement couvert et commenté les diverses manifestations du centenaire du génocide.

Pour celles et ceux qui ont encore un coup de blues, je leur propose d’écouter (ou de réécouter) l’intervention du député autrichien Ewald Stadler en Janvier 2011. Ça ne dure pas longtemps, mais ça vaut le détour.
 

***

Traductions – revue de presse

***

Union européenne

«La réaction de la Turquie envers les pays européens qui qualifient de génocide les massacres des Arméniens par les Turcs ottomans en 1915, va compliquer les ambitions d'Ankara pour adhérer à l'Union européenne,» a déclaré le commissaire chargé de l'élargissement de l'UE, Johannes Hahn.

La Turquie nie que le massacre lors de la Première Guerre mondiale, de près de 1,5 million d'Arméniens dans ce qui est aujourd'hui la Turquie, constitue un génocide et ses relations avec l'Arménie sont encore gâchées par ce différend. La Turquie a également réprimandé les membres de l'UE, notamment l'Allemagne et l'Autriche dont les parlements ont utilisé le mot «Génocide» dans les résolutions pour le 100e anniversaire de l'événement, et ce, quelques jours après la prise de position


***

Arménie

Le président Serge Sarkissian a reçu le Président du Comité des Ministres du Conseil de l'Europe (CM-CoE), Didier Reynders, qui est également le Vice-Premier ministre belge et ministre des Affaires étrangères, du Commerce extérieur et des Affaires européennes.

Le président arménien a souhaité la bienvenue dans le pays et a souligné que l'Arménie reste active sur le développement continu des relations bilatérales avec le pays ami, la Belgique, et attache une grande valeur au dialogue et à la coopération avec le Conseil de l'Europe dans le contexte des réformes nationales en cours. Notant que l'Arménie a fait des progrès considérables sur le chemin à la fois pour remplir ses obligations en tant qu'Etat membre de Conseil de l'Europe et ses engagements d'adhésion. Serge Sarkissian a ajouté qu’il restait néanmoins encore beaucoup à faire, et que
 
Suite

***

Turquie

La Turquie a rappelé son ambassadeur d'Autriche, Hasan Goguş, pour consultations pour protester contre la qualification de «génocide» des massacres d’Arméniens par les forces turques ottomanes il y a 100 ans.

"La déclaration par le parlement autrichien rompt définitivement l'amitié et les relations entre la Turquie et l'Autriche», a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères.

Le 22 Avril, les parlementaires autrichiens ont gardé une minute de silence pour les victimes du «génocide». "Le 24 Avril 1915 marque le début des persécutions, qui a pris fin dans le génocide," a déclaré la présidente du parlement Doris Bures avant


***

Azerbaïdjan

«Les actes de certains politiciens marginaux, se faisant appeler «observateurs» aux «élections législatives» illégales dans les territoires de l'Azerbaïdjan occupés par l'Arménie, seront considérés comme une violation flagrante des lois de l'Azerbaïdjan. Des poursuites pénales contre ces personnes ne sont pas à exclure. Des recherches sont en cours notamment sur un citoyen slovaque, Frantisek Miklosko, recherché par ailleurs par Interpol pour un acte similaire,» a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères azéri, Hikmet Hajiyev.

«La tenue d’élections législatives illégales par un régime illégal dans les territoires azerbaïdjanais occupés par l'Arménie, est une violation grave de la Constitution azerbaïdjanaise, des lois et des normes, ainsi que


***

OSCE

Les coprésidents du Groupe Minsk de l'OSCE (ambassadeurs Igor Popov de la Fédération de Russie, James Warlick des États-Unis d'Amérique, et Pierre Andrieu de la France) se sont rendus à Paris pour rencontrer séparément les ministres des Affaires étrangères d'Arménie, Edouard Nalbandian, et de l’Azerbaïdjan, Elmar Mammadyarov.

Le Représentant personnel du Président de l'OSCE en exercice, l’ambassadeur Andrzej Kasprzyk, a également participé aux réunions.

Les coprésidents ont

Suite


 
***

Luxembourg

La Chambre des Députés du Luxembourg va discuter du projet de résolution pour la reconnaissance du génocide arménien, le 5 mai prochain.

Le Parti populaire chrétien-social du pays a déposé un projet de résolution pour qualifier des massacres perpétrés par l'Empire ottoman au début du 20ème siècle de génocide. Le Parti exhorte la Chambre des députés à suivre l’exemple des parlements français et européens pour reconnaître le génocide.

***

Artsakh

Plus de 400 cas de violations du cessez-le-feu par les troupes azerbaïdjanaises ont été signalés à la ligne de contact du 23 Avril au 2 mai.

Et selon un calendrier bien établi, l'OSCE a surveillé la ligne de contact le 5 mai, près du village de Gapanli de la région de Terter.

Côté azéri c’est l’ambassadeur Andrzej Kasprzyk qui a conduit l’équipe composée de Jiri Aberle et Peter Svedberg.

Côté arménien, c’est l’adjoint de Kasprzyk, Hristo Hristov, qui était accompagné de Yevgeny Sharov et Simon Tiller.

Aucune violation du cessez-le-feu n’a été relevée.


***
 **


Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de Today.az, de News.az, et de Hurriyet

 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More