A la Une

lundi 29 juin 2015

Azerbaïdjan : Après la diplomatie du caviar, la diplomatie des jeux.



***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

Tout comme pour la reconnaissance du génocide des Arméniens qui a vu nombre de gouvernements, et/ou de parlements, se ranger à la qualification des historiens et des universitaires, le conflit du Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan qui dure maintenant depuis plus de vingt-sept ans, laisse présager que la résolution ne pourra se réaliser que si la partie azerbaidjanaise admet que le Haut-Karabakh ne reviendra jamais sous sa juridiction pas plus d’ailleurs que sous une double administration arméno-azérie. Quant au droit à l’autodétermination des peuples, c’est chose faite depuis septembre 1991.

L’Arménie a toujours indiqué dans ses communiqués et dans ses prises de parole qu’il y a le Haut-Karabakh proprement dit et les districts environnants, également appelés zone tampon ou ceinture de sécurité. La question est de savoir si le potentat désire ou pas un compromis, en d’autres termes, s’il est prêt à perdre quelques km² de territoire pour garder des districts. Hélas, au vu de ses propos, il n’est pas dans ses intentions de lâcher un pouce de terrain hérité du découpage bolchevik.

Jusqu’à présent ses seules concessions ont été d’autoriser l’existence d’un couloir passant par Katchatar (Latchin) sous double administration et l’octroi d’une très haute autonomie au Haut-Karabakh. Etant entendu que près de un million d’Azéris s’installeront dans tout le Karabakh, encerclant et phagocytant les 155.000 Arméniens d’Artsakh.

On comprend pourquoi les Arméniens rejettent le plan Aliev et son désir de préparer une paix globale, ce qui reviendrait à mettre la charrue avant les bœufs. Comme les Arméniens ne semblent pas adhérer à ses propositions, la soldatesque azérie abat toute personne, civile ou militaire, se trouvant à portée de tir.

En attendant, je partage complètement le point de vue d’İlham Heydər oğlu Əliyev concernant la création d’un second Etat arménien dans la région. Effectivement un seul suffit, c’est idiot d’avoir deux Etats arméniens indépendants côte-à-côte ayant le même type de régime.


***

Traductions – revue de presse

***

Relations Belgique-Turquie

Au nom de son gouvernement, le Premier ministre belge Charles Michel a reconnu devant le parlement le génocide arménien perpétré il y a un siècle par les Jeunes Turcs.

«Les événements tragiques survenus entre 1915 et 1917 dans l'Empire ottoman doivent être considérés comme un génocide. Ma position est bien connue . Je suis convaincu que ces événements tragiques doivent être qualifiés de génocide, ce qui est également la position du
 

***

CEDH

Le 18 Juin, la Cour européenne des droits de l'homme a statué dans l'affaire "Mehdiyev vs Azerbaïdjan".

La Cour a conclu à la violation des droits, de mauvais traitements, et d'emprisonnement abusif de Hakimeldostu Mehdiyev par le ministère de la Sécurité nationale du Nakhitchevan, pour ses activités journalistiques. Elle a condamné l'Azerbaïdjan à
 
Suite

***

Russie

«Le Groupe de Minsk de l'OSCE est la meilleure plate-forme pour promouvoir une solution au conflit du Haut-Karabakh,» a déclaré le secrétaire général de l'Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC), Nikolay Bordyuzha, mettant en garde contre les tentatives de résolution par d'autres formats.

"Le Groupe de Minsk de l'OSCE a soigneusement étudié le problème, de sorte qu'aucune autre institution ne doit être impliquée dans le processus. Nous recevons constamment
 
 
***

APCE

L'Assemblée nationale de la République du Haut-Karabakh a publié une déclaration condamnant la récente résolution de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) sur l'Azerbaïdjan.

Les factions politiques représentées au parlement ont exprimé leurs critiques sur le libellé des dispositions concernant le conflit du Haut-Karabakh, notant que le document était initialement destiné à
 
Suite

***

AP-OTAN

L'Assemblée parlementaire de l'OTAN, en collaboration avec l'Assemblée nationale de l'Arménie, a  débuté son 89e séminaire Rose-Roth à Erevan intitulé : "la sécurité et la stabilité dans le Caucase du Sud : Promouvoir la paix à long terme dans la région."

C’est le troisième séminaire de ce type qui a eu lieu en Arménie, toutefois il diffère des précédents par le contexte dans lequel il s’est tenu : - une confrontation accrue entre l'Occident et la Russie ; le Caucase du Sud est connu pour

 

***
 **


Extrait de Radiolour, de PanArmenian et de News.am

 

 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More