A la Une

jeudi 16 juillet 2015

Groupe de Minsk de l’OSCE


 

***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

Les coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE ont repris les discussions sur le conflit du Karabakh avant de se rendre dans la région. Suite à l’interview donnée par le coprésident américain James Warlick, il ressort deux éléments primordiaux :

1-  Les territoires «occupés» doivent être retournés à l’Azerbaïdjan.
2-  La sécurité du Haut-Karabakh doit être assurée par une force de maintien de la paix.

Si sur le premier point tout le monde est quasiment d’accord, encore faut-il s’entendre sur ce qui doit être restitué ; car il y a au total sept districts «occupés», le Haut-Karabakh n’étant pas un district occupé. Deux districts posent réellement problème : Kelbadjar–Chaoumian (1936 km2) et Lachine–Katchatakh (1835 km2) car ce sont des territoires mitoyens entre l’Arménie et le Haut-Karabakh. C’est à travers ces deux districts que le Haut-Karabakh est relié à l’Arménie. Les restituer signifierait sacrifier la population de l’Artsakh. Quant aux deux couloirs proposés dans le cadre des principes de base, un au Nord et un au Sud cogérés de surcroit par Bakou, cela revient à suspendre une épée de Damoclès au dessus de la tête des Artsakhtzis.

Ce qui est intéressant c’est le second point, lorsque Warlick déclare : «Si ou lorsque les territoires seront retournés, il sera nécessaire d'installer des forces de maintien de la paix pour assurer la sécurité du Haut-KarabakhPourquoi installer une force de maintien de la paix autour du Haut-Karabakh si le Haut-Karabakh va faire partie intégrante de l’Azerbaïdjan ? Ce processus commence à ressembler fortement - du moins sur la forme, à celui qui a présidé à la sécession du Kosovo de la Serbie et à la pleine reconnaissance de sa souveraineté. On ne peut parler d’indépendance réelle, bien que reconnue par plusieurs Etats, puisque l’ONU n’a pas donné son aval, suite aux vétos de la Russie et de la Chine.

Une différence fondamentale tout de même, le Nord du Kosovo est habité par des Serbes (15% de la population) alors qu’en Artsakh il n’y a pas d’Azéris. Quoi qu’il en soit, qu’elle s’appelle KFOR(OTAN), EULEX ou OSCE, cette force d’interposition reste indispensable avec des missions bien identifiées. Le clan Aliev ne supportera pas l’existence d’un second Etat arménien, surtout collé au premier.

Reste un autre problème de taille : sur quels critères et dans quelles conditions les réfugiés des deux bords pourront-ils regagner leur foyer et plus particulièrement dans le Haut-Karabakh ?


*** 

Traductions – revue de presse

***

Artsakh

La partie arménienne a eu une approche très négative sur la préparation d’un rapport de l’APCE intitulé «Escalade de la violence au Haut-Karabakh et dans les autres territoires occupés de l'Azerbaïdjan.»

«Si le rapporteur de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Robert Walter, ne change pas l'essence, le nom et la philosophie de son rapport, il n'a rien à faire au Haut-Karabakh. Il peut se rendre directement en Azerbaïdjan et rédiger son rapport là-bas, sous la dictée de l'Azerbaïdjan. Nous avions déjà


***

Relations Arménie-France

Le Premier ministre arménien Hovik Abrahamian, en visite de travail en France, s'est entretenu avec le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone.

Abrahamian a souligné que la France occupe une place particulière sur l'ordre du jour de politique étrangère de l'Arménie. Il a constaté, avec satisfaction, l'étroite coopération interparlementaire entre les deux pays. Il a également souligné le fait que


***

Relations Arménie-UE

Le 7 juillet, le ministre des Affaires étrangères arménien, Edouard Nalbandian a reçu le représentant spécial de l'UE pour le Caucase du Sud et la crise en Géorgie, Herbert Salber.

Le Ministre lui a présenté les événements dédiés au centenaire du génocide arménien et leur message.

Les interlocuteurs ont examiné les efforts déployés par l'Arménie et les pays coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE visant à faire avancer le processus de paix au Haut-Karabakh.


***
 
Groupe de Minsk de l’OSCE

"Les Etats-Unis sont résolus à travailler avec la Russie et la France dans le conflit du Haut-Karabakh,»  a twitté le coprésident américain du groupe de Minsk de l'OSCE, James Warlick.

Les coprésidents se trouvaient à Washington pour rencontrer notamment Victoria Nuland du Département d’Etat, le ministère de la défense et le Conseil de sécurité nationale.

L’Ambassadeur James Warlick a détaillé leurs dernières réunions à Washington dans ses commentaires indiquant que

 
***

Turquie

Touchant la politique intérieure et étrangère conduite par son mari premier ministre turc, Sare Davutoğlu a déclaré qu'il y a des sujets que les forces politiques doivent prendre en considération en termes d'intérêts nationaux, en les plaçant au-dessus des intérêts partisans.

Dans ce contexte, elle a rappelé les déclarations de son mari sur le génocide des Arméniens : «En conséquence, le gouvernement a essayé de manifester une approche juste. En outre, Ahmet Davutoğlu a indiqué que les Arméniens font également partie de la diaspora turque.

Mais malheureusement, ces types d'approches ont été instrumentalisés dans les mains de ceux qui ne veulent pas que la Turquie prospère. Les stéréotypes sont présents."

***

Azerbaïdjan

La récente décision de l’homme d’affaires russe German Sterligov de se rendre au Haut-Karabakh avec sa famille, a provoqué l'hystérie de la partie azerbaïdjanaise.

Le porte-parole du ministère, Hikmet Hajiyev, a déclaré : "German Sterligov - qui a une biographie controversée -, avant de mettre le pied sur les terres occupées de l'Azerbaïdjan, doit avoir été informé que ces territoires créent un terrain favorable pour le blanchiment d'argent par le biais du système bancaire de l'Arménie, associé à des investissements dans des activités criminelles.»

Le ministère des Affaires étrangères azerbaïdjanais a donc mis l’homme d'affaires russe sur sa "liste noire" ; mais également la soprano lyrique russe Ljuba (Ljubov) Kazarnovskaya.

Hajiyev a également annoncé que tous les journalistes qui assisteront à la prochaine conférence de presse de Sterligov au Karabakh, seront mis sur la "liste noire".

Ljuba Kazarnovskaya s’est dit honorée de se trouver sur la même liste que la soprano espagnole Montserrat Caballé.

***

Belgique

«Le refus de la Turquie pour ce qui est arrivé au peuple arménien il y a cent ans, est un grave obstacle au dialogue.

Il est important de comprendre pourquoi la partie turque nie le fait du génocide des Arméniens. La chose la plus importante à faire est d'établir un dialogue. Les gens, les instituts et les gouvernements doivent essayer de se parler les uns avec les autres pour créer une formule de compréhension commune sur ce qui est arrivé dans le passé. Il est nécessaire de se parler directement", a déclaré le professeur Stephan Parmentier de l’Institut de criminologie de Louvain.

«Dans le cas du génocide arménien, il y a deux Etats distincts - l'Arménie et la Turquie - qui sont des pays très différents. Mais ce fut aussi le cas avec la Yougoslavie, où des pays absolument différents ont tenté d'établir deux formes intéressantes de dialogue.

La première est la commission régionale de la vérité, qui était composée de représentants de la Bosnie, de la Croatie et de la Serbie. L'idée était d'essayer de créer une vision commune du passé. - La seconde a été tentée dans les Balkans. Il s’est agi de créer des groupes de victimes, mais des victimes au sens large du terme. Par exemple, les anciens combattants, les personnes qui ont participé à des actions militaires, qui sont également des victimes, puisque certains d'entre elles ont été capturés et gardés dans des camps de concentration.

Merci à ces groupes et à ces personnes qui se parlent les uns avec les autres", a-t-il précisé.

***

Internationale Socialiste

Le 6 juillet le Conseil de l’Internationale Socialiste, réuni au siège des Nations Unies à New York, a décidé de prendre des mesures pour inciter la Turquie à reconnaître le génocide arménien.

Le Secrétaire général Luis Ayala a informé le Conseil que, durant les deux derniers jours, la direction de l’IS a tenu des consultations avec les membres arménien et turc de l’IS (FRA-Dachnaktsoutioun et CHP-parti républicain du peuple) pour parvenir à un accord sur l'ordre du jour qui a été transmis à la dernière réunion du Conseil à Genève, intitulé : «Les vues de l'Internationale socialiste sur la question du génocide arménien compte tenu de sa reconnaissance par un certain nombre de parlements nationaux et des institutions supranationales.»

Ayala a ensuite informé le Conseil qu'un accord a été conclu et il a remercié les vice-présidents, Mario Nalbantian FRA-D et Umut Oran CHP, pour leurs contributions à parvenir à l’accord présenté au Conseil pour adoption.

Le Secrétaire général a déclaré qu'à l'occasion du centenaire du génocide arménien, l'IS veut d'agir et organiser une audience ou une table ronde avec la participation des membres de la Turquie et de l’Arménie ainsi que tout autre membre intéressé, voire les sociétés civiles et intellectuelles de l'Arménie et de la Turquie sur la question suivante : «La reconnaissance du génocide arménien par la Turquie permettra-t-elle une véritable réconciliation entre la Turquie et l'Arménie? »

Luis Ayala a ajouté que les conclusions des débats seront distribuées dans le monde entier et signalé au prochain Conseil de l'Internationale socialiste.

Le Conseil a adopté la décision à l'unanimité.

***

Le coin des Analystes et des observateurs

IgorMouradian : «Quand arrêteront-ils de tuer les soldats arméniens au Karabakh ?»


***
 **
 

Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am et de Lrakir

 

 
 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More