A la Une

lundi 14 septembre 2015

Azerbaïdjan : Terre de tolérance ?


  

***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

La fâcheuse habitude des pays coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE - et par voie de conséquence des médiateurs sur le terrain, de ne jamais appeler un chat un chat, et de mettre l’agresseur et l’agressé dans le même sac, le tout enrobé dans une phraséologie diplomatique, implique automatiquement que le fauteur de troubles continue de plus belle.

Dès qu’un voyage des médiateurs dans la région est programmé, ou qu’une entrevue entre les ministres des Affaires étrangères arménien et azerbaidjanais est  annoncée – et je ne parle pas d’une rencontre entre présidents, Ilham Aliev et ses troupes se défoulent sur les Arméniens en logorrhée xénophobe, le tout accompagné d’une augmentation des violations du cessez-le-feu tant à la ligne de contact au Karabakh qu’à la frontière arménienne. L’entrevue Nalbandian-Mammadiarov prévue en marge de l’Assemblée Générale de l’ONU du 15 Septembre ne déroge pas à la règle.

Et pour ne pas que l’escalade de la tension soit répétitive et monotone, le clan Aliev ajoute chaque année à ses violations des nouveautés issues de ses stocks d’armements. Ainsi 2015 a vu arriver sur le terrain des lance-grenades longue portée et de l’artillerie légère en soutien des commandos. Il va de soi que les snippers azéris continuent leurs travail de «nettoyage» tant sur les militaires, que sur les paysans qui vaquent à leur travail.

Tous les acteurs comme d’ailleurs tous les observateurs s’accordent à dénoncer cet état de ni-guerre ni-paix qui génère un nombre de morts conséquents de part et d’autre. Si personne, et notamment les pays coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE, ne fait rien pour que cela change, le clan Aliev augmentera de plus en plus la pression sur l’Arménie et sur l’Artsakh avec des armements de plus en plus sophistiqués – armements que les grandes puissances en question lui auront vendu, jusqu’au moment où les Arméniens répliqueront sévèrement.

A ce moment là, soit les escarmouches déjà meurtrières se transformeront en quelque chose de plus grave ; soit les puissances médiatrices mettront sérieusement leur grain de sel autrement qu’un saupoudrage de généralités ; soit le camarade Aliev franchira le Rubicon, mais la bataille de Pharsale lui coutera très cher.

Je laisse volontairement de côté les deux autres possibilités qui me semblent hautement improbables vu que le potentat est bien vissé sur son trône : - Que le dictateur prenne conscience que le Haut-Karabakh proprement dit, est définitivement perdu ; - Qu’il soit renversé d’une manière ou d’une autre.

L’Azerbaïdjan vient de porter plainte contre la chaine TV française France2 pour injure à son président (2). Non seulement c’est formellement interdit par les médias ou opposants du pays, mais ça l’est également par les médias étrangers. En fait, ce qu’il faut dire, ou écrire, comme le pensent certains maires parisiens, c’est que l’Azerbaïdjan est non seulement une terre de tolérance et de paix, mais également un pays des droits de l’homme et des libertés … avec en prime du pétrole et du gaz.

Bref, le Paradis sur terre en quelque sorte !

(…)

Pour les observateurs éclairés qui désirent connaître dans le détail les relations entre l’Union européenne et l’Azerbaïdjan depuis deux décennies, je les engage à lire le long article de Gerald Knaus(1) (18 pages en anglais) paru dans «Journal of Democraty» sous le titre : «L’Europe et l'Azerbaïdjan: la fin de lahonte».
 

(1)         : Gerald Knaus est le président fondateur de l'European Stability Initiative. Il est également un membre fondateur du Conseil européen des relations étrangères et a été pendant cinq ans, chercheur associé du Centre Carr pour les droits de l'homme politique à la Kennedy School of Government de Harvard.

(2)         : Emission Cash Investigation d’Elise Lucet du 7 septembre.
 

***

Traductions – revue de presse

***

Arménie

«La frontière a été très tendue au cours des deux dernières semaines. Aussi, je compte parler de l'aggravation de la situation du conflit du Haut-Karabakh au sommet de l'OTSC le 15  Septembre à Douchanbé,» a déclaré le président Serge Sarkissian lors de la réunion avec son homologue russe Vladimir Poutine.

«Je tiens à vous remercier vous et la Russie pour vos efforts dans la recherche de moyens de règlement du conflit du Karabakh. Outre l’utilisation à grande échelle d’armes, la partie azerbaïdjanaise utilise maintenant

 
***

Azerbaïdjan

L'Azerbaïdjan continue la construction de murs le long de la frontière avec l'Arménie aux alentours de Tovuz.

Après le mur de 500m monté dans le village d’Hajalli, c’est au tour du village d’Alibeyli d’avoir le sien, dont près de 800m ont déjà été mis en place. Les murs font 4m de haut sur 80cm de large.

A noter qu’Alibeyli est le plus proche village azéri de la frontière arménienne.

***

Artsakh

"La fréquence des actes de provocation par les forces armées azerbaïdjanaises à la ligne de front et la quantité et le type d'armes utilisées viennent de prouver que la direction politico-militaire de Bakou poursuit sa politique en vue de créer une situation de guerre.

Les récents développements à la ligne de contact et les déclarations belliqueuses d'accompagnement en sont une nouvelle preuve. Non seulement l'Azerbaïdjan essaie de présenter ses attaques comme une réponse aux mesures de la partie arménienne, mais utilise


***

Union européenne

«Les relations entre l'Arménie et de l'Azerbaïdjan ainsi que plusieurs autres questions étaient inclues dans l'ordre du jour de la réunion de deux jours des ministres des Affaires étrangères de l'UE à Luxembourg.

Nous avons également discuté des relations avec nos partenaires de l'Est. Nous avons particulièrement mis l'accent sur les récents événements d'espoir en provenance du Belarus, où un certain nombre de prisonniers politiques ont été libérés à la mi-août. Nous avons également discuté de


***

Groupe de Minsk de l’OSCE

Le président Serge Sarkissian a rencontré le représentant personnel du Président en exercice de l'OSCE, l'Ambassadeur Andrzej Kasprzyk.

Les questions relatives à la situation récente sur la frontière arméno-azerbaïdjanaise et à la ligne de contact entre le Haut Karabakh et l'Azerbaïdjan étaient

Suite

***

Etats-Unis

«Dans le cadre de la normalisation globale du conflit du Karabakh, les Etats-Unis reconnaissent le rôle du peuple du Haut-Karabakh dans la détermination de leur propre avenir,» a déclaré le porte-parole du Département d'Etat, John Kirby, en se référant aux élections municipales du 13 Septembre.

«Toutefois, les États-Unis ne reconnaissent pas le Haut-Karabakh comme un Etat indépendant et souverain, et nous n’acceptons pas que les résultats des élections locales du 13 Septembre puissent affecter en quoi que ce soit le statut juridique de la région. Nous soulignons également que ces élections ne préjugent en rien du statut final du Haut-Karabakh ou de l'issue des négociations en cours pour arriver à un règlement pacifique et durable du conflit du Haut-Karabakh", a-t-il précisé 

***

Turquie

Ces derniers jours en Turquie, le bureau du procureur et la police ont mené des opérations contre plusieurs médias, et confisqué une grande quantité de documents et d’ordinateurs.

«Je m’inscrit en faux concernant les pressions exercées sur les médias et les récentes opérations de police. Une telle répression d'Etat contre les médias cause
 

***

Le coin des analystes et des observateurs

Neil MacFarlane : Le conflit du Karabakh

Karen Vrtanessian : La politique de l'Azerbaïdjan
 

***
 **

 

Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de News.az, et de Zaman, ainsi que de la presse française.

 
 

 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More