A la Une

vendredi 4 décembre 2015

Un 29 Novembre à Bruxelles


 

***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

On savait que la diplomatie turque savait peser sur les Occidentaux mais de la à ce qu’ils se déculottent devant les successeurs de l’empire ottoman, on ne peut que saluer la performance du Sultan Erdoğan et de son Grand Vizir Davutoğlu.

Malgré un rapport calamiteux de la Commission européenne sur l'élargissement avec la Turquie, sorti en novembre, malgré les manifestations à Istanbul prévues le même jour pour la libération de deux journalistes emprisonnés, malgré le contexte de crise diplomatique avec la Russie, malgré les fortes suspicions d’accointances avec l’Etat islamique, malgré des attentats «djihadistes» ciblant comme par hasard la minorité kurde, l'Union européenne a validé le versement de 3 milliards d'euros dans un fonds spécifique pour la Turquie. Avec l’espoir que cette somme servira effectivement à accueillir correctement les réfugiés syriens.

L'UE s'est aussi engagée à ouvrir un nouveau chapitre d'adhésion avec la Turquie et à tenir un sommet à haut niveau tous les six mois avec Ankara.

De plus, les Européens ont répondu favorablement à la demande de libéralisation des visas turcs. La Commission européenne va accélérer le tempo et présenter une proposition pour exempter de visas de courte durée les Turcs en octobre 2016. Mais cette proposition est conditionnée par l'accélération en parallèle de la mise en œuvre «complète» de l'accord de réadmission avec la Turquie. D'ici à juin 2016, la Turquie devra réadmettre ses ressortissants turcs en situation irrégulière, mais aussi les ressortissants des pays tiers qui ont transité par la Turquie.

Ce faisant, l’UE prend le risque non seulement de se mettre à dos une partie de son opinion publique, mais aussi de cautionner les agissements plus que douteux d'Ankara. Une responsabilité lourde à porter.

Et comme cela ne suffisait pas, les Etats-Unis, par OTAN interposée, prennent de nouvelles mesures de soutien : «Nous allons travailler à des mesures supplémentaires pour assurer la sécurité de la Turquie », a assuré le secrétaire général de l’Alliance atlantique, Jens Stoltenberg, et d’ajouter :

«Nous avons ces dernières années augmenté les défenses aériennes de la Turquie. Outre les batteries Patriot, les États-Unis ont déployé des avions de combat – dont des chasseurs F-15C – sur la base turque d’Incirlik et la Grande-Bretagne a annoncé qu’elle allait déployer certains appareils. L’Allemagne et le Danemark ont envoyé des bâtiments militaires dans l’est de la Méditerranée.

()… Tout ceci est pertinent au vu de la situation dans la région, marquée par une montée de l’extrémisme violent. Nous allons discuter pendant la réunion de la façon dont nous pouvons continuer à soutenir la Turquie et fournir différents types de mesures d’assurance. Je m’attends à ce que d’autres alliés prennent davantage d’engagements, je m’attends à de nouvelles décisions dans les semaines à venir.»

Les duettistes ont de quoi se déclarer satisfaits quand on voit l’Union européenne et les Etats-Unis leur lécher les mains. Non seulement Washington et Bruxelles ferment les yeux sur les perfidies de la sublime porte mais ils lui versent de l’argent et fournissent des armements. Belle image d’hypocrisie !

Il y a un siècle l’empire ottoman disparaissait. Depuis un demi-siècle les frasques ottomanes empirent.

 

***

Traductions – revue de presse

***

Relations Russie-Arménie

Le Vice-président de l’Assemblée nationale arménienne Edouard Sharmazanov a exprimé son inquiétude sur la destruction du chasseur russe Su-24 par la Turquie.

"Abattre un jet militaire qui lutte contre le terrorisme signifie soutenir les terroristes. ()… L'hélicoptère arménien abattu par le petit frère de la Turquie l’Azerbaïdjan l'année dernière, a créé l’impression chez les dirigeants turcs que de tels crimes pouvaient rester impunis. Malheureusement, la Turquie n'a pas changé au cours des 100 dernières années", a-t-il déclaré lors d’une réunion avec le Président de la Douma russe Sergueï Narychkine, et d’ajouter :


***

Réunion du Partenariat de l’Est

Le 26 Novembre, Edouard Nalbandian a participé à Tbilissi au Dialogue ministériel informel du Partenariat oriental, en présence de Johannes Hahn, commissaire à la politique européenne de voisinage et aux négociations d'élargissement, et d’Helga Schmid, secrétaire général adjoint du service d'action extérieure.

Le Ministre Nalbandian a déclaré en substance :


***

APCE

La Commission des Affaires sociales de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe a approuvé et publié un projet de résolution anti-arménien sur la situation du réservoir de Sarsang.

Le document intitulé «Les habitants des régions frontalières de l'Azerbaïdjan sont délibérément privés de l'eau», est basée sur le rapport de Milica Markovic.

La résolution cite la Convention ONU-Eau de 1992, rappelant à tous les Etats membres du Conseil de l'Europe que le droit à l'eau est essentielle à la vie et à la santé et constitue ainsi
 
Suite

***

Le coin des analystes et des observateurs

«La Turquie n’est pas prête actuellement à s’engager dans le conflit du Karabakh, suite à la guerre du carburant, puisque l'ensemble de la région du Sud-Caucase est concerné par cela. La Turquie n'a pas besoin d'ouvrir un second front alors que le conflit syrien est en cours,» a déclaré Nadana Friedrichson, experte au centre analytique "KUB", commentant la déclaration du Premier ministre turc Ahmet Davutoğlu à Ankara que « la Turquie fera de son mieux pour la libéralisation des territoires occupés



***
 **
 

Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de Zaman, de Hurriyet ainsi que la presse française.

 

 

 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More