A la Une

dimanche 17 juillet 2016

Haut-Karabakh : Moscou augmente la pression




***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

Deux mois se sont écoulés depuis les accords de Vienne (16 mai) et quasiment un mois depuis la rencontre de Saint Petersburg (20 juin). Sur le terrain aucune évolution n’est visible, si ce n’est un léger renforcement des équipes de surveillance de l’OSCE.

Certes, depuis la fin de la guerre éclair (1-4 avril) lancée par Bakou, les armes lourdes se sont tues, mais ce n’est pas pour autant que les tirs ont cessé faisant leur lot de victimes. Après avoir fait pression sur Ilham Aliev pour qu’il déclare un cessez-le-feu immédiat, Vladimir Poutine s’est retourné vers Serge Sarkissian pour qu’il lâche du lest sur la zone de sécurité, plus précisément sur les districts orientaux du Karabakh. D’où, l’indulgence de Moscou envers le harcèlement permanent de Bakou.

D’autre part, l’Ambassadeur de Russie en Azerbaïdjan Vladimir Dorokhin a confirmé que Moscou poursuivra sa coopération militaro-technique avec Bakou, concrétisée par une nouvelle vente d’armes russes. Poutine continue à souffler le chaud et le froid sur l’Arménie, qui pourtant est son allié militaire.

Ce n’est pas pour rien que le ministre des Affaires étrangères Serguei Lavrov s’est rendu dans les deux capitales, arménienne et azerbaidjanaise, pour affiner les engagements pris lors des deux Sommets. La fuite d’informations émanant de Bakou, que ce soit du palais présidentiel ou du ministère des Affaires étrangères, n’est pas fortuite, même si derrière, la porte-parole de Serguei Lavrov dément toute assertion azérie. Le Tsar du Kremlin reste maitre du jeu, et tire les ficelles au gré de ses objectifs.

Mais alors que font les deux autres pays coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE ?

Il est clair que les Etats-Unis et la France (et donc l’Europe) laisse faire Moscou, se contentant de répéter inlassablement qu’il n’y a pas de solution militaire aux négociations de paix, mais pas question d’une quelconque intervention autre que médiation. Pour parler crument, l’Occident n’a que faire de l’appartenance du Haut-Karabakh. Ce qui prime avant tout, c’est la sécurité des pipe-lines azéris vers l’Europe, et accessoirement quelques ventes d’armes ou satellite espion.

Quant au principe d’autodétermination des peuples, c’est une boite de Pandore que l’Occident manipule avec d’infinies précautions. Le Représentant spécial de l'UE pour le Caucase du Sud, Herbert Salber, n’est-il pas également chargé de la crise géorgienne. Les «patates chaudes» que sont le Haut-Karabakh, l’Abkhazie, l’Ossétie du Sud, la Transnistrie, sans oublier le Donetsk ukrainien, n’intéressent les Occidentaux dans la mesure où leur devenir peut gêner Moscou. L’exemple du Kosovo est là.

Cette situation continuera tant que les représentants des pays occidentaux penseront que leurs interlocuteurs discutent avec les mêmes règles qu’eux et qu’ils partagent les mêmes valeurs. Pourtant, ce ne sont pas les exemples qui manquent montrant que les dirigeants turcs, qu’ils soient Azéris ou Ottomans, ne respectent ni leurs engagements ni leurs signatures.

Alors que ces pays se moquent ouvertement d’eux, les Occidentaux continuent à leur faire des salamalecs, voire leur octroyer des légions d’honneur!


 

***

Traductions – revue de presse

***

Groupe de Minsk de l'OSCE

«Les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE prévoient de visiter la région, mais aucune date précise n'a été fixée. Nous allons certainement visiter la région, mais sont encore coordonnons la date avec les parties,» a déclaré le coprésident russe Igor Popov.

«Tous les membres du Groupe de Minsk ont ​​tenu leur réunion ordinaire à Vienne. Les trois coprésidents - russe, américain et français, ainsi que le représentant personnel du Président en exercice de l'OSCE, ont
 
Suite

***

Arménie

Commentant les propos du président Ilham Aliev concernant la solution progressive de la question du Haut-Karabakh, le vice-ministre des Affaires étrangères arménien Chavarche Kotcharian a déclaré :

"Le Document de Madrid proposé par les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE suggère un règlement global de la question du Haut-Karabakh sur la base de compromis mutuels.

L'un des éléments clés de cette solution packagée est
 
Suite

***

Partenariat de l’Est

Le ministre arménien des Affaires étrangères Edouard Nalbandian a participé à Kiev à la Réunion du 7ème Dialogue informel des ministres des Affaires étrangères du partenariat oriental. Extraits de son discours :

«()… Nous espérons que l'UE sera en mesure de surmonter la situation créée par le Brexit. En ce qui concerne l'Arménie, nous poursuivrons nos efforts pour développer davantage et approfondir le partenariat avec les Etats membres de l'Union européenne, ainsi que
 

***

Azerbaïdjan

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s’est rendu en Azerbaïdjan pour une visite de travail.

Sa première entrevue a été avec le président Ilham Aliev. Les discussions ont porté sur les étapes bilatérales spécifiques, qui peuvent accélérer le règlement du conflit du Haut-Karabakh.

"Hier, nous avons eu une conversation approfondie, sincère et digne de confiance avec le président azerbaïdjanais Ilham Aliev. Avec le plan initial, des
 
Suite

 

 

***
 **

 

Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, et de News.az

 

 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More