A la Une

dimanche 13 août 2017

Pas de vacances pour le clan Aliev



***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

Tous les moyens sont bons, quel que soit la période, pour se rappeler au bon souvenir des coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE et par de–là, à la communauté internationale. Après les escarmouches du mois de Juillet, Bakou exhibe des blessés civils suite aux ripostes arméniennes, surtout lorsque ces derniers sont des femmes et des enfants. Ripostes arméniennes déclenchées après chaque provocation azerbaïdjanaise, et qui ont été clairement annoncées par le ministère de la Défense de l’Artsakh.

Comme signalés il y a plusieurs mois, les tirs azéris s’effectuent à partir de lieux d’habitations civiles et non plus seulement à partir de terrains militaires. Hélas, lors des ripostes, l’utilisation par les soldats azéris de boucliers humains entraine de temps à autre des dégâts collatéraux chez les villageois azerbaidjanais.
 Pour les observateurs internationaux et les médiateurs, les outils actuels ne permettent pas de désigner de manière certaine l’auteur de la première agression. Cette lacune est due aux représentants azéris de l’OSCE qui ont toujours refusé ces installations et bloqué leurs mises en œuvre par leur veto. Tout comme il y a quelques mois, la fermeture du bureau de l’OSCE d’Erevan est la conséquence du forcing de Bakou.

Ce qui permet au passage à l’Azerbaïdjan d’installer du matériel offensif performant à la ligne de contact et bombarder ainsi les villages arméniens en toute impunité. Pour preuve, lorsque les observateurs de l’OSCE mènent leur mission à proximité de la ligne de front, les militaires azerbaidjanais évitent de les amener en première ligne sous des prétextes futiles de sécurité quand leurs installations sont par trop sensibles.

Cela dit, il me semble que le matériel de détection ne soit pas d’une nécessité absolue pour déterminer l’auteur des violations du cessez-le-feu. Un peu de raisonnement peut combler ce manque.

En effet, qui depuis des années n’admet pas qu’un peuple a le droit à l’autodétermination ? Qui depuis des années demande que les soldats arméniens se retirent de leur  territoire occupé ? Qui depuis des années n’accepte pas les propositions des coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE ? Qui depuis des années clame que tôt ou tard l’Azerbaïdjan reprendra par la force ce qu’il ne peut obtenir par des négociations pacifiques ? Qui depuis des années soudoie des émissaires étrangers pour qu’ils votent en leur faveur lors de réunions internationales ? Qui depuis des années dépense un budget colossal pour s’armer ?

Il est clair que c’est bien Bakou qui désire plus que tout récupérer ce qu’il considère comme sien et non le contraire. S’il y a des soldats arméniens dans les districts entourant le Haut-Karabakh ce n’est pas pour des fins d’annexion mais comme une ceinture de sécurité. L’Arménie n’a aucune velléité territoriale, par contre, elle ne laissera pas le Haut-Karabakh proprement dit, retourner sous administration azerbaidjanaise.

Les charcutages des Bolcheviks n’a toujours pas fini de faire des vagues.


***

Traductions – revue de presse

***

Arménie

Le ministre israélien de la coopération régionale Tzachi Hanegbi a effectué une visite de trois jours à Erevan au cours de laquelle il a rencontré le ministre arménien des Affaires étrangères Edouard Nalbandian.

Au cours de la réunion, Tzachi Hanegbi a souligné qu'Israël veut développer des relations amicales avec l'Arménie, et que c'est le message principal de sa visite.

Les parties ont discuté de diverses questions de l'agenda bilatéral, des problèmes régionaux et internationaux actuels, Edouard Nalbandian a 


***

OSCE

«Il est grandement nécessaire d'élargir le bureau du représentant personnel du président en exercice de l'OSCE, Andrzej Kasprzyk, afin d'accroître ses capacités de surveillance sur la ligne de contact des troupes,» a déclaré le représentant permanent de la Russie à l'OSCE, Alexandre Lukashevich, lors d'une conférence Visio entre Moscou et Vienne.

"Malheureusement, de telles résolutions ne peuvent être obtenues en raison des positions contradictoires des parties en conflit sur le Haut-Karabakh et de l'absence de compromis. Je pense que


***

Etats-Unis

«Aucune menace n'est plus grande dans les pays baltes que le spectre de l'agression de la Russie. Nous soutenons la Lettonie, la Lituanie et l'Estonie, qui sont membres de l'OTAN,» a déclaré le vice-président américain Mike Pence après la réunion avec les présidents des États baltes. Et de poursuivre :

"En ce moment même, la Russie continue de chercher à redessiner les frontières internationales par la force, à saper les démocraties des nations souveraines et à diviser les nations libres de l'Europe – en les soulevant l'une contre l'autre.

Les États-Unis, sous la présidence de Trump, rejettent toute tentative d'utiliser 


***

ONU

Les projets de résolution intitulés «La situation dans les territoires occupés de l'Azerbaïdjan» et «Les conflits prolongés dans la région du GUAM et leurs implications pour la paix, la sécurité et le développement internationaux» sont encore à l'ordre du jour de la 72ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Lors de la 71e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, elles n'ont pas été soumises à discussion. Par conséquent, comme l'année dernière, cette année encore, ces questions ont également été incluses à l'ordre du jour de la session.

La 72ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies se tiendra du 12 au 25 septembre au siège de l'ONU à New York. Dans le cadre de la session, les ministres des Affaires étrangères de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie devraient se rencontrer avec la participation des coprésidents du Groupe OSM de Minsk.

La version finale de l'ordre du jour n'a pas encore été approuvée.

***

Le coin des experts

«La nouvelle loi sur les sanctions contre la Russie n'est en aucun cas destinée aux pays voisins de la Russie, y compris l'Arménie. Néanmoins, le déclin inévitable de l'économie russe, qui suivra l'application des sanctions, pourrait également avoir une incidence indirecte sur l'Arménie. Malheureusement, il pourrait y avoir des conséquences négatives imprévisibles sur l'Arménie, le Kazakhstan et d'autres membres de l’UEE




***
 **



Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, et de News.az.





Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More