A la Une

samedi 23 septembre 2017

Arménie-Azerbaïdjan : Des déclarations péremptoires



***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

Les jeux sont faits avant même que la rencontre entre les ministres des Affaires étrangères de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan ait lieu ce samedi 23/09, en marge de l’Assemblée Générale de l’ONU. Que ce soit Serge Sarkissian ou Ilham Aliev, ils ont posé les conditions pour que les négociations tripartites reprennent de manière productives.

Pour l’Azerbaïdjan, le président Ilham Aliev et son ministre des Affaires étrangères, Elmar Mammadiarov, ont été très clairs avec des mots crus et agressifs à l’égard de l’Arménie. Rien ne se fera tant que les soldats arméniens ne se seront pas retirés des sept districts entourant le Haut-Karabakh, et de plus, il n’est pas question que le Haut-Karabakh quitte le giron azerbaidjanais car la notion d’intégrité territoriale englobe cette région.

Pour l’Arménie, le président Serge Sarkissian et son ministre des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, rien ne se fera tant que le statut définitif du Haut-Karabakh ne sera pas clairement décidé, à savoir une accession à l’indépendance par le droit à l’autodétermination de la population locale, et non une très large autonomie comme proposée par Bakou.

Toutefois, des questions se posent quant à l’application effective des six dispositions proposées par les coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE.

En effet, quid selon le médiateur américain Richard Hoagland, d’un unique couloir suffisamment large (10-15km ?) qui relierait l’Arménie et le Haut-Karabakh ? A qui appartiendra ce couloir ? Que devient la route du Nord (Vardenis-Mardakert) qui vient d’être achevée ? Quid du territoire septentrional du Haut-Karabakh (région de Chaoumian) actuellement sous occupation azérie ? Qui assurera la sécurité du Haut-Karabakh, les pays coprésidents ? Les casques bleus onusiens ? Les pays de l’OSCE ? ou la Russie seule ?

C’est bien beau de la part des pays coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE – Russie, Etats-Unis et France, de féliciter l’Azerbaïdjan et l’Arménie pour le 26ème anniversaire de leur indépendance et souhaiter que le conflit du Haut-Karabakh soit résolu pacifiquement. Encore faudrait-il ne pas se contenter de déclarations génériques, vérifier que ce qui a été décidé lors des réunions tripartites est bien mis en œuvre, et le cas échéant faire le nécessaire.

Sinon à quoi ça sert de se décarcasser, comme dirait un certain marchand d’épices ?


***

Traductions – revue de presse

***

APCE

Le sénateur belge Alan Desteks a démissionné de son poste à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) en raison de la mention de son nom dans le réseau journalistique international OCCRP, lors du versement par l'Azerbaïdjan, entre 2012 – 2014, de 2,9 milliards de dollars aux fins de blanchiment.

Desteks a reçu des fonds de l'Azerbaïdjan pour son association belge à but non lucratif alors qu’il était le rapporteur de l'APCE sur la situation en Azerbaïdjan dans le domaine des droits de l'homme. Ses activités ont suscité des critiques contre les défenseurs locaux et internationaux des droits de l'homme pour atténuer les problèmes liés aux droits de l'homme et à la liberté d'expression. Son rapport devait être soumis à la session d'octobre de l'APCE. Toutefois, Desteks a démissionné, suite aux "attaques" le concernant.

"Dans cette assemblée hautement politisée, la discussion se concentre actuellement sur ma personne, et non sur le contenu de mon rapport. Les conditions pour des débats tranquilles ne sont plus remplies", a déclaré Desteks.

Un peu avant, Desteks a été au centre du scandale entourant le voyage d'un groupe de membres de l'APCE en Syrie pour des rencontres avec Bashar Assad. Ce voyage n'était pas autorisé par l'Assemblée. Aussi, le président de l'APCE, Pedro Agramunt, est aussi sur la sellette pour avoir participé à un tel voyage.

***

Turquie

Le Premier ministre turc a averti les Kurdes d’Irak et de Syrie contre leurs efforts visant à former des États indépendants "artificiels" qui menaceraient la sécurité de la Turquie.

Le Premier ministre Binali Yildirim a tenu ces propos lundi dans la province de Sanliurfa, près de la frontière avec la Syrie, une semaine avant que la région kurde semi-autonome irakienne ne


***

Arménie

Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a rencontré le président arménien Serge Sarkissian mardi 19 septembre.

Les interlocuteurs ont eu des échanges de vues sur les récents développements dans le processus de paix du Karabakh. Le chef de l’ONU a indiqué que les Nations Unies soutenaient pleinement les efforts des coprésidents du Groupe Minsk de l'OSCE dans


***

Artsakh

«Le président de l'Arménie, Serge Sarkissian, a abordé des questions très importantes et a exprimé des évaluations assez réalistes de la politique de l'Azerbaïdjan dans son discours à l'Assemblée générale des Nations Unies,» a déclaré le porte-parole du président de l'Artsakh, David Babayan.

"La politique de l'Azerbaïdjan est une menace non seulement pour l'Arménie et l’Artsakh, mais aussi pour l'ensemble du monde civilisé. L’Artsakh ne doit pas jouir d'un statut et d'une liberté qui 


***

France

«Les coprésidents du groupe Minsk de l'OSCE font leur travail correctement,» a déclaré Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères de la France.

Il a commenté les efforts déployés par la France en tant que pays coprésident du groupe Minsk de l'OSCE pour le règlement du conflit du Haut-Karabakh.

Lors de la rencontre avec le président azerbaïdjanais Ilham Aliev le 15 septembre, Jean-Baptiste Lemoyne a déclaré :

« La France, en tant que pays coprésident du groupe Minsk de l'OSCE, essaie de mener ses activités de médiation pour régler le conflit du Haut-Karabakh.

Je suis en contact constant avec l'ambassadeur Stéphane Visconti, qui représente la France dans le Groupe Minsk de l'OSCE.

Il est prévu de tenir une réunion ministérielle en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies dans un proche avenir.

Une réunion à un niveau supérieur pourrait avoir lieu à l'avenir. La France a toujours été attentive à ce processus.»

***

Union européenne

«Je comprends combien la question du Karabakh est délicate. Bien que l'UE ne traite pas directement de cette question, elle suit de près le processus de règlement,» a déclaré le chef de la délégation de l'UE en Azerbaïdjan, Kestutis Jankauskas.

"Nous maintenons le processus du règlement du conflit sous le feu des projecteurs, sur les plates-formes locales et internationales. Il existe un format fonctionnant pour son règlement. Une réunion doit avoir lieu à New York au niveau politique. Le conflit et d'autres thèmes connexes seront discutés avant qu’un nouvel accord ne soit signé avec l'Azerbaïdjan, ainsi que lors du Sommet du Partenariat oriental", a-t-il ajouté.

***

Azerbaïdjan

Le président Ilham Aliev (sans sa femme et sa fille) a pris la parole devant l’Assemblée Générale de l’ONU, il a déclaré en substance :

«La raison pour laquelle l'Arménie ne respecte toujours pas les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU est la double norme appliquée par la communauté internationale.

Depuis plus de 25 ans, l'Arménie occupe 20% du territoire de l'Azerbaïdjan, le Haut-Karabakh et sept autres régions de notre pays.

Le Haut-Karabakh est une partie ancienne et historique de l'Azerbaïdjan. 




***
 **



Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, et de News.az






Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More