A la Une

lundi 30 octobre 2017

L’après-sommet Arménie-Azerbaïdjan



***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

Une fois n’est pas coutume. Comment indiquer que l’on n’est pas satisfait de la rencontre ? Simple : en ne respectant pas ce qui ce a été décidé.

C’est la position permanente des dirigeants azerbaidjanais qui depuis la fin de la guerre n’aspirent qu’à une seule chose : recouvrer les territoires perdus ; et tant pis s’ils passent pour des mauvais élèves. Pour ce faire, tous les moyens sont bons : lobbying sournois, engagements non tenus, soudoiement, diplomatie du caviar, contre-vérités, fabrications de preuves, etc, etc,… .

Toutefois, le nec plus ultra consiste à reprendre les déclarations de l’ennemi en inversant les rôles. Chose très aisée puisque les outils de vérification du cessez-le-feu à la ligne de contact sont inexistants. Ce n’est pas pour rien que Bakou s’oppose à la mise en place de tels outils préconisés par les coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE et validés par la direction de l’OSCE. Et pour maintenir la pression sur l’ennemi, rien de mieux que d’abattre des soldats en faction, ou de bombarder des villages frontaliers.

A partir de là, en cas de dérapage, c’est parole contre parole. Et quand par hasard la preuve de la violation du cessez-le-feu est apportée, cela entraine au mieux une déclaration générique des médiateurs, mais jamais nommément une remontrance contre le contrevenant. La méthode Coué est la méthode choisie depuis des années par les médiateurs internationaux, qui se contentent de rappeler les normes et le droit international, même si ceux-ci s’avèrent inopérants sur les dictateurs. Il ne faut surtout pas indisposer le potentat, qui ne demande pas mieux que de déclencher une nouvelle guerre, persuadé qu’il est, qu’avec son armement il ne peut que la gagner.

Le travail des médiateurs se limite essentiellement, pour ne pas dire exclusivement, à mettre de l’huile dans les rouages de la non-négociation. Ne pouvant débloquer la situation ils font tout leur possible pour que les relations entre les belligérants, même épisodiques et infructueuses, ne soient pas rompues. Une rupture entrainerait quasi automatiquement une reprise de la guerre par le potentat azéri.

Comme je l’ai indiqué à plusieurs reprises, si les médiateurs sont tenus de respecter le mandat donné par l’OSCE, les chefs de gouvernements qu’ils représentent – Russie, Etats-Unis et France, ne sont pas tenus aux mêmes engagements, et donc libres d’appliquer leur propre étrangère.

A ce titre, si Paris et Washington, jouant les professeurs de droit, se cachent derrière leur petit doigt avec des formules alambiquées pour éviter de fâcher la famille Aliev, le camarade Poutine ne se gêne pas pour mettre les pieds dans le plat. C’est tout de même son intervention qui a mis fin à l’agression azerbaidjanaise d’Avril 2016.


***

Traductions – revue de presse

***

Arménie

Après la récente rencontre entre les présidents de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan à Genève, le président  Serge Sarkissian a annoncé qu'il avait observé de la part du président Aliev un intérêt pour réduire les tensions à la frontière. Mais immédiatement après cette déclaration, le côté arménien a subi une perte à la frontière.

"Ce n'est pas la première fois que les Azerbaïdjanais sont imprévisibles et dans l'anxiété. Ilham Aliev ne jouit pas de la confiance de son peuple, d’où son comportement. Lorsqu’un accord est


***

Artsakh

«En violation des accords conclus lors de la rencontre de Genève entre les Présidents de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan, les forces armées azéries ont utilisé de l'artillerie au Nord-est de la ligne de contact, dans la région de Martakert-Mataghis.

Les Azéris ont tiré le 22 octobre plusieurs obus de mortier et un missile antichar Spike en direction des positions arméniennes,» a indiqué le ministère de la Défense de l'Artsakh.

"Cela prouve de nouveau que Bakou n'est pas


***

Azerbaïdjan

Le porte-parole du ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères Hikmat Hajiyev a indiqué que le critique gastronomique américain de la chaîne CNN, Anthony Burdain, a été inclus dans la liste des personnes non désirées pour avoir illégalement visité les territoires occupés d l'Azerbaïdjan.

Il y a quelques semaines, Anthony Burdain avait 


***

Russie

«La Russie se félicite de la volonté de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan d'intensifier les négociations sur le règlement du conflit du Haut-Karabakh,» a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

"Nous nous félicitons de la volonté des parties d'intensifier le processus de négociation et de prendre des mesures supplémentaires pour réduire les tensions au niveau de la ligne de contact.

Nous soutenons les efforts des coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE, qui travaillent à organiser une nouvelle rencontre entre les ministres des Affaires étrangères arménien et azerbaidjanais pour discuter des questions essentielles de règlement des conflits et des moyens de stabiliser la situation.

Nous exhortons Bakou et Erevan à faire preuve d'une approche constructive pour trouver des solutions aux questions non résolues.

Toutefois, nous regrettons que la situation dans la région reste complexe", a-t-elle ajouté.

***

OSCE

«La rencontre du 16 octobre entre les Présidents de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan a été un signe positif de l'engagement des deux Présidents à travailler de manière constructive avec les coprésidents du Groupe de Minsk en vue d'un règlement pacifique du conflit du Haut-Karabakh,» a déclaré le coprésident américain du Groupe de Minsk de l'OSCE, Andrew Schofer.

"En tant que coprésident, les États-Unis restent attachés au processus du Groupe de Minsk et continuent de demander aux parties de respecter le cessez-le-feu et de poursuivre les négociations aux plus hauts niveaux, et ce, en prenant des mesures appropriées et notamment celles indiquées aux sommets de  Vienne et de Saint-Pétersbourg.

Les coprésidents travaillent actuellement avec les ministres des Affaires étrangères de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan pour déterminer la date de la prochaine réunion, qui devrait avoir lieu dans les semaines à venir", a-t-il ajouté.



***
 **



Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am,  et de News.az





Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More