A la Une

vendredi 20 octobre 2017

Sommet Arménie-Azerbaïdjan



***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

Une célèbre publicité de soda fait dire à son héroïne : «What did you expect ?»

C’est exactement la réflexion que je me suis faite suite à la rencontre des présidents azerbaidjanais et arménien à Genève sous l’égide du groupe de Minsk de l’OSCE.  

A voir leurs mines joviales au sortir de la
rencontre, on serait tenté de croire que tout s’est bien passé. En fait, pas mieux que d’habitude. Il est clair que chacun a campé sur ses positions, lesquelles avaient déjà été longuement explicitées, tant en interne que sur toutes les plates-formes internationales. Malheureusement, ce n’est pas encore aujourd’hui que l’on verra le statu quo évoluer.

L’important dans ce genre de rencontre au Sommet n’est pas tant de savoir si les négociations de paix ont progressé – c'est-à-dire si les propositions des coprésidents ont été peu ou prou agrées, mais de tester la réelle volonté des parties à progresser. Hélas, au vu des actions sur le terrain on voit bien que les décisions prises en présence des médiateurs n’ont pas été appliquées. Je reste persuadé que l’essentiel de leur travail, pour ne pas dire la totalité, consiste à éviter de nouvelles escalades ou pire une nouvelles guerre.

Je ne serai pas très étonné qu’une nouvelle fois les militaires azéris passeront outre des nouveaux engagements pris par leur chef, pour se défouler sur les soldats arméniens et accessoirement cibler quelques villages. Il suffit pour cela de suivre l’actualité dans les jours qui viennent.

Je serai curieux de savoir si ces «chers» médiateurs, fort en blabla générique, pardon en langage diplomatique, ont fait remarquer à qui de droit le pourquoi de la non mise en œuvre des décisions prises lors des sommets précédents ?

Le récent scandale des drones armés vendus par Israël à l’Azerbaïdjan, où l’on voit les militaires azéris demander aux experts israéliens de tester le matériel en réel en ciblant des positions arméniennes, ne semble pas avoir ému outre mesure les coprésidents sur la nature des sentiments du potentat de Bakou. Fermer les yeux par politesse ou par diplomatie ne fera certainement changer l’état d’esprit du clan Aliev.

Dans leur esprit, violer le cessez-le-feu est pour eux la meilleure façon de forcer les Arméniens à lâcher du lest, entendez par là restituer les districts environnant le Haut-Karabakh. Et comme cela ne suffit pas, les dirigeants azerbaidjanais utilisent également leurs représentants sur les plates-formes internationales pour influer sur les décisions (diplomatie du caviar). On n’est plus à un scandale près !

Une chose reste claire pour l’Arménie et pour la république d’Artsakh. Ayant demandé son détachement en 1988 conformément à la constitution soviétique, la région autonome du Haut-Karabakh n’a jamais fait partie de la république indépendante d’Azerbaïdjan.



***

Traductions – revue de presse

***

Rencontre Arménie-Azerbaïdjan
  
Les négociations entre les présidents arménien et azerbaïdjanais, Serge Sarkissian et Ilham Aliev, ont eu lieu à Genève à la Mission permanente de la Suisse auprès de l'Office des Nations Unies et à d'autres organisations internationales.

Une première réunion s’est tenue en présence des ministres des Affaires étrangères de l'Arménie C de l'Azerbaïdjan, Edouard Nalbandian et Elmar Mammadyarov, des coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE, Igor Popov (Russie), Andrew Schofer (Etats-Unis) et Stéphane Visconti ainsi que du représentant personnel du Président en exercice de l'OSCE, Andrzej Kasprzyk.


***

Arménie

Le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, a pris la parole lors de la Quatrième Convention des Arméniens d’Europe.

"Comme vous le savez, il y a trois jours, le Sommet des Présidents de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan s'est tenu à Genève. En ce qui concerne les résultats de la réunion elle-même, tout était clairement indiqué dans la déclaration commune des ministres des affaires étrangères et des coprésidents. La réunion s'est déroulée dans une atmosphère constructive. Les présidents ont convenu de prendre des mesures pour intensifier le processus de négociation ainsi que des mesures supplémentaires pour réduire les tensions sur la ligne de contact. Les coprésidents se sont déclarés 


***

Etats-Unis

La Commission sur la sécurité et la coopération en Europe, également connue sous le nom de Commission d'Helsinki, a tenu une réunion d'information sur le Haut-Karabakh le mercredi 18 octobre 2017, intitulée : «Eviter une guerre totale dans le Haut-Karabakh : le rôle des États-Unis et de l'OSCE».

La Commission d'Helsinki des États-Unis a accueilli deux anciens coprésidents américains du groupe de Minsk (les ambassadeurs Carey Cavanaugh et James Warlick) ainsi qu'un expert indépendant de renom sur le conflit (Magdalena Grono) qui ont évalué l'état actuel du conflit du Haut-Karabakh, le format du groupe de Minsk et les perspectives d'une paix durable.

***

CEI

Le président Serge Sarkissian a participé à la réunion du Conseil des chefs d'état de la Communauté des Etats indépendants (CEI) à Sotchi. La réunion était présidée par Vladimir Poutine. Les questions liées au développement de la coopération dans les domaines politique, économique, culturel et humanitaire et autres domaines clés ont été discutées.

Etaient également à l’ordre du jour des questions liées à la présidence de la CEI, ainsi que la date et le lieu de la prochaine réunion ordinaire du Conseil des chefs d'État de la CEI.

Après le format étroit, la réunion s’est élargie et a


***

Relations Arménie-UE

L'Union européenne a publié le texte de l'accord-cadre qu’elle est sur le point de signer avec l'Arménie.

L'accord ouvre la voie à une coopération étroite avec le pays dans un certain nombre de domaines, tels que l'énergie, les transports, la protection de l'environnement, le commerce et l'investissement.

En outre, il vise à renforcer la coopération politique et économique globale et le partenariat entre les parties, fondé sur des valeurs communes et des liens étroits. Le document stipule également le niveau d'implication de l'Arménie dans les politiques, programmes et activités de l'Union européenne.

***

APCE

Le Bureau de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) a appelé à retirer l'Azerbaïdjan de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) dès que possible.

Les autorités azerbaïdjanaises refusent de libérer l'opposant Ilgar Mammadov, malgré la décision de la CEDH qui stipulait que sa détention était illégale et motivée politiquement.

"En raison de l'inexécution continuelle par l'Azerbaïdjan de l'arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme dans l'affaire Ilgar Mammadov vs Azerbaïdjan, le Bureau de l'Assemblée appelle


***

Turquie

Les forces armées turques sont entrées dans la région d'Idlib sous prétexte de créer des postes d'observation conformément à la décision N°6 d’Astana sur la création d'une zone de désescalade en Syrie.

Le président Recep Tayyip Erdoğan, pour sa part, a annoncé que les troupes sont entrées à Idlib avec "l'armée libre". Les médias turcs soulignent que des militants du Front Al-Nusra accompagnaient les forces turques lors de la traversée du poste frontière de Bab al-Hawa, dans la région d'Idlib.




***
 **



Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de News.azainsi que de l’Union européenne.





Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More