A la Une

mercredi 19 octobre 2011

Les Etats-Unis se repositionnent au Sud-Caucase








Traduction Gérard Merdjanian – commentaires


Après la rumeur d’un éventuel désintérêt de la Russie dans la médiation du conflit du Karabakh suite à la prochaine élection présidentielle, après la confirmation d’une montée en charge de l’UE dans le Sud Caucase (Partenariat oriental), après la tournée du président Sarkozy, pays co-président du Groupe de Minsk, dans la région, il devenait urgent pour les Etats-Unis de rattraper leur ‘retard’.

On se souvient que la mise place de l’ambassadeur Matthew Briza à Bakou n’a pas apporté de souffle nouveau au conflit du Karabakh, du probablement au fait que M. Bryza était trop proche des thèses turco-azéries dans son précédent poste de médiateur du Groupe de Minsk. La confirmation par un vote unanime de la Commission des Affaires étrangères du Congrès de l’ambassadeur John Heffern en Arménie, va quelque peu combler ce vide.


Mais ne nous faisons pas d’illusions, le représentant des Etats-Unis, quelles que soient ses convictions, appliquera les directives de Washington. Donc inutile d’attendre de sa part qu’il prononce le mot ‘génocide’ pour qualifier les événements tragiques de 1915, sinon il risque de subir le sort de son prédécesseur, John Evans. A Washington on ne peut pas appeler un chat un ‘chat’, ‘chienne d’histoire’ dirait Serge Avédikian.


Ankara, tout comme Jérusalem, imposent leur point de vue à l’administration américaine, président en tête. Force est de constater que ce sont ses alliés qui dictent sa conduite à l’Etat le plus puissant du monde. Si au moins cela redorait son blason dans la région !

***

*



L’ambassadeur américain nouvellement nommé en Arménie, John Heffern, a présenté ses lettres de créance au Président Serge Sarkissian.

Félicitant l'Ambassadeur pour sa nomination, le Président a exprimé l'espoir pour sa nouvelle contribution aux relations Arménie-USA : "le renforcement des liens avec les Etats-Unis va largement stimuler le développement économique en Arménie, mais également promouvoir les principes démocratiques dans le pays. Nous remercions les Etats-Unis pour leur position équilibrée sur les questions cruciales de l'Arménie."

Concernant le conflit du Karabakh, M. Heffern a réaffirmé son soutien pour une résolution pacifique dans le cadre du Groupe de Minsk de l'OSCE : "Le président Barack Obama juge très positivement les efforts de l'Arménie dans le règlement du conflit du Karabakh, et compte poursuivre la coopération des Etats-Unis en vue d’aider à la résolution des problèmes régionaux."

Quant à la question plus épineuse du génocide arménien, l'ambassadeur a déclaré : "le message du 24 Avril du président Obama démontre clairement la position américaine, et je la soutiens.

* Brève européenne *


Le représentant permanent de l’Arménie au Conseil de l’Europe, Armen Papikian, a présenté ses lettres de créance au Secrétaire général du CoE, Torbyorn Yagland. L’ambassadeur a informé son interlocuteur sur la situation actuelle en Arménie et l’état de la coopération Arménie-CoE. Il a souligné que son pays était prêt à aider aux programmes de réforme du CoE.

Les dirigeants du CoE ont accueilli le nouveau nommé et constaté avec satisfaction que les approches arméniennes et de l'UE, convergeaient. Le Secrétaire général a également souligné que l'objectif de l'organisation est d'utiliser le potentiel cumulé d'expérimentation pour les besoins des Etats membres.
Lors de la réunion les enjeux actuels et les perspectives de développement de la coopération entre les autres organisations internationales et le Conseil de l'Europe ont été discutés.

* Brève américaine *


"Nous avons l’intime conviction qu'il n'y a pas de solution militaire au conflit de Haut Karabakh. Le statut quo n’est pas viable, la résolution du conflit doit se faire rapidement. C'est pourquoi les Etats-Unis considèrent ce problème comme une question urgente," a déclaré le secrétaire d'Etat adjoint des Etats-Unis, William Burns, aux journalistes à Bakou.

"Les Etats-Unis s’engagent à renouveler et à renforcer les efforts du Groupe de Minsk de l'OSCE, les Etats-Unis sont prêts à poursuivre le travail mené en vue d’un règlement pacifique et à long terme du conflit de Haut Karabakh."

 
* Brève turque *



Voici un autre document publié par Wikileaks sur la politique scandaleuse menée par la Turquie pour contrer le génocide arménien.
"Le Directeur général adjoint pour la sécurité des Affaires du ministère turc des Affaires étrangères, Torunlar Sakir, nous a appelés le 18 avril, pour exprimer son inquiétude au sujet d'un programme qui va bientôt être diffusé sur la chaîne de télévision irakienne, Al Hurra, sur les allégations de génocide arménien. Torunlar a indiqué que, si c’est une station commerciale avec des annonceurs, cela est compréhensible, mais Al Hurra semble être financé par le Congrès. Et donc, que ce n'était ni le moment approprié, ni le public approprié, pour un tel film. Si l’émission a lieu, les réactions de la presse turque seraient très désagréables. L’adjoint Haydar Berk, lors d’une réunion distincte, a fait des remarques similaires à l'ambassadeur.
(SBU) Nous confirmons les informations selon lesquelles le Bureau turc de Washington a été en contact avec les programmeurs qui ont examiné l'équilibre du film. Nous avons souligné qu'il fallait appeler la station, et non l'ambassade ou le Département d'Etat. Nous avons noté qu'il y a un problème de liberté de la presse. Nous avons souligné que de telles questions continueront de survenir tant que la Turquie et l'Arménie n’auront pas pris des mesures concrètes vers la normalisation de leurs relations.
(SBU) Commentaire: L'attention du ministère montre de manière détaillée, la sensibilité permanente de la Turquie sur cette question. C’est l'un des prismes à travers lequel elle perçoit le monde et cela se poursuivra jusqu'à ce que l’abcès soit crevé. Nous espérons que cela se produira après les élections parlementaires de cette année et la formation d'un nouveau gouvernement avec un nouveau mandat.
FIN DU RÉSUMÉ ".

* Le coin des experts *

* Ruben Melkonian


"La région subit divers processus et rien ne peut être écarté. Il n'y a aucun signe qui laisserait à penser que la Turquie va faire un pas vers la normalisation, bien qu’en regardant l'agenda de sa politique étrangère, Ankara parle hardiment des relations avec l'Arménie dans l'arène internationale," a déclaré le politologue Ruben Melkonian.

"Quant à l'Arménie, elle a déjà fait son maximum et la seule chose qui lui reste [à faire], est de reprendre sa signature des protocoles," a-t-il ajouté.



**
Extrait de PanArmenian.net et de Times.am



















Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More