A la Une

samedi 28 avril 2012

Un 24 Avril 2012


***

Traduction Gérard Merdjanian – commentaires

Les 24 Avril se suivent mais ne se ressemblent pas toujours. Le nombre de pays où des manifestations se déroulent augmente, le nombre de villes où des manifestations se déroulent augmente, et plus on approche du centième anniversaire, plus le nombre de manifestants augmente. En Turquie même, quelques courageux, intellectuels et journalistes, commencent à braver les dangers et osent commémorer ce jour – Ankara se sait observer.

Mais augmente également la réaction des dirigeants turcs et, depuis deux ou trois ans, celle des Azéris qui s’associent à leurs grands frères ottomans. Le lobby turco-azéri, aidé en cela par de grosses mannes financières, contrecarre systématiquement le travail de Justice des Arméniens, nationaux ou diasporiques, sur la scène internationale. Bakou n’a toujours pas digéré la non-qualification par la communauté internationale du drame de Khodjalou comme étant un ‘génocide’ perpétré par les Arméniens. Par des moyens commerciaux il a réussi toutefois à faire reconnaître cette tragédie comme ‘génocide’ par le Mexique et la Colombie !

Ayant pris officiellement fait et cause pour la Turquie, ses ressortissants n’hésitent pas à agresser verbalement voire physiquement les défenseurs de la Cause arménienne, comme ce fut le cas il y a quelques jours en Géorgie. Tbilissi a fermé les yeux, ses intérêts nationaux et économiques étant directement liés à ses deux voisins turcophones, et ce d’autant que ceux de l’Arménie sont liés à son ennemi, la Russie. Le nationalisme et l’église géorgiens faisant le reste pour étouffer la voix et pourrir la vie des Arméniens du Djavaghk.

De son côté, l’armée azerbaidjanaise a commémoré à sa façon le 24 Avril en bombardant une école maternelle en Arménie et en tirant des centaines de salves d’armes diverses sur la ligne de contact avec le Karabakh, une manière comme une autre de tester les nouvelles acquisitions. C’est dommage que les observateurs de l’OSCE ne fussent pas dans les environs ce jour là. Lors du vote du budget 2012 de l’OSCE, menaces à l’appui, l’Azerbaïdjan a bloqué toute augmentation du nombre et de la fréquence de ces Observateurs le long de la ligne de front, a refusé de retirer ses snippers, et évite souvent de conduire les Observateurs aux postes rapprochés pour ...  des raisons de sécurité.

(…)

Barack Obama s’est bien gardé de prononcer le mot qui fâche, et par les temps qui courent, ce n’est pas le moment de se mettre la Turquie à dos, pas plus d’ailleurs que l’Azerbaïdjan. Aussi, le substantif arménien ‘Medz Yeghern’ (La Grande Terreur) suffit amplement pour qualifier les événements tragiques de 1915. C’est beau pour la plus grande puissance militaire du monde de se faire dicter sa conduite par la Turquie sur les valeurs de Justice et de Démocratie, et par Israël sur la politique à mener au Proche-Orient. Mais jouer au chat et à la souris avec un petit pays comme l’Arménie, ça, il sait faire. ‘God bless America’.

Quant à Paris, on n’avait jamais vu les deux candidats à la présidentielle, dont l’un est le Président en exercice, prendre la parole devant la communauté arménienne ; cela change des deuxièmes couteaux, quand ce n’était pas l’élu de service qui passait dans le coin. Le Président sortant ayant annoncé sa présence, son challenger ne pouvait pas laisser son adversaire occuper seul la place, même si le calendrier de leurs déplacements s’en est trouvé quelques peu dérangé. Si Paris vaut bien une messe, quelques voix de plus valent bien un petit crochet par la Place du Canada.

Même si 150 pays reconnaissaient le génocide arménien, il manquerait toujours le principal intéressé. 150 pays ont reconnu aux Palestiniens le droit d’avoir un Etat, et pourtant … .



***

* 24 Avril Turquie *

Le ministère turc des Affaires étrangères a sorti un communiqué à l’occasion du 24 Avril.

"Les déclarations du président Nicolas Sarkozy et de son challenger à la présidentielle, François Hollande, à l'occasion de la cérémonie de commémoration du 24 Avril à Paris et qui reflètent apparemment des considérations électorales, sont les exemples les plus récents de l'abus de la controverse de questions historiques dans un but de calculs politiques internes.

La politisation de l'histoire pour des motivations différentes est très regrettable. Les approches préconçues et discriminatoires ne peuvent servir ni la justice, ni une compréhension correcte de l'histoire. Ce qui est attendu par d'éminents hommes politiques français n'est pas de fomenter la haine, mais d'agir sur la base des faits et conformément à la responsabilité d’hommes d'Etat en donnant des messages pour encourager les Turcs et les Arméniens à parvenir à constituer une mémoire juste.

Il n'est pas possible d'obtenir des résultats par le biais artificiels d’impositions externes sur une question qui doit être réglée entre les pays concernés. De telles déclarations ne peuvent qu’entraver les efforts visant à instaurer la paix et la tranquillité dans la région."

Quant aux propos de Barack Obama, le Ministère turc des Affaires étrangères les a qualifié de "biaisées" et comme étant une déformation de "faits historiques".

Rappel : Comme tous les ans à l’occasion du 24 Avril, la Maison Blanche avait fait la déclaration suivante :

"Aujourd'hui, nous commémorons le Medz Yeghern, l'une des pires atrocités du 20e siècle. Ce faisant, nous honorons la mémoire de 1,5 million d'Arméniens qui ont été brutalement massacrés ou ont marché vers la mort dans les derniers jours de l'Empire ottoman. Alors que nous réfléchissons sur les souffrances indicibles qui ont eu lieu il y a 97 ans, nous nous joignons aux millions de personnes qui font la même chose partout dans le monde et ici en Amérique, où il est solennellement commémoré par nos Etats, les institutions, les communautés et les familles. Grâce à nos paroles et nos actes, il est de notre devoir de garder la flamme de la mémoire de ceux qui ont péri brûlé vif, et faire en sorte que ces chapitres sombres de l'histoire ne se répètent jamais.

J'ai toujours exprimé mon propre point de vue sur ce qui s'est passé en 1915. Mon point de vue sur cette histoire n'a pas changé. Une reconnaissance complète, franche et juste des faits est dans l'ensemble de nos intérêts. Aller de l'avant pour l'avenir ne peut se faire en oubliant les faits du passé. Les Etats-Unis l’ont fait tant de fois dans notre propre histoire, et je crois que nous sommes plus forts pour cela. Certaines personnes ont déjà pris cette mesure courageuse d‘aller de l'avant. Nous applaudissons les Arméniens et les Turcs qui ont choisi ce chemin, et nous espérons que beaucoup d'autres le choisiront, avec le soutien de leurs gouvernements, ainsi qu’avec le mien.

Bien que les vies qui ont été prises ne puissent jamais être rendues, l'héritage du peuple arménien est l'un de triomphe. Votre foi, le courage et la force vous ont permis de survivre et de prospérer, en établissant des collectivités dynamiques partout dans le monde. Sans se décourager, vous avez conservé votre patrimoine, en le passant de génération en génération. Les Arméno-Américains ont fait des contributions multiples à la vitalité des États-Unis, ainsi que des investissements cruciaux pour un avenir démocratique, pacifique et prospère pour l'Arménie. Les Etats-Unis sont fiers de votre héritage, et vos contributions à honorer la mémoire de ceux qui ont souffert et sont morts sans raison il y a presque un siècle."

(…)

Le Vice-président de l'Assemblée nationale arménienne, Edouard Charmazanov, a commenté les déclarations du ministère turc des Affaires étrangères condamnant les remarques des présidents, Barack Obama, Nicolas Sarkozy et de son challenger François Hollande à l'occasion du l'anniversaire 97e du génocide arménien.

"L'Arménie se félicite de la reconnaissance internationale du génocide arménien, de la condamnation des crimes contre l'humanité et leur pénalisation. En ce qui concerne la proposition visant à discuter de la réalité du génocide arménien, je dois souligner une fois de plus que le génocide ne peut et ne sera jamais un sujet de discussion. La Turquie est le seul obstacle sur le chemin de l'établissement de relations normales entre l'Arménie et la Turquie. Il maintient le blocus de l'Arménie, pose des conditions préalables et continue de nier la réalité du génocide arménien."

Selon lui, la normalisation arméno-turc n'est possible que dans le cas où la Turquie arrêtera cette politique et mettra en œuvre ses engagements internationaux.

(…)

Des Turcs et des Arméniens de Turquie se sont réunis sur la place centrale d'Istanbul le 24 Avril. Un setting organisé place Taksim par 'Dites NON au racisme et à l'initiative nationaliste’ auquel participait Rakel Dink, l'épouse du journaliste turco-arménien assassiné Hrant Dink ; les députés Istanbuliotes Sirri Süreyya Önder et Sebahat Tuncel du Parti de la Paix et de la Démocratie (BDP) ; l’ex-présidente du Parti Liberté et Solidarité (ODP), Ufuk Uras ; les journalistes Oral Calislar, Hüseyin Hatemi et Hilal Kaplan ainsi que d'autres intellectuels.

Les manifestants avaient mis des œillets sur la banderole qui disait : "Cette douleur appartient à chacun d'entre nous." Zişan Tokaç, qui a pris la parole au nom du groupe, a déclaré que les Arméniens furent envoyés en exil dans des endroits où il était impossible de survivre, et de raconter les atrocités commises à cette époque.

Uras a déclaré aux journalistes que la Turquie doit faire face à son histoire et "partager la douleur" en construisant la démocratie du 21ème siècle. Il a ajouté que des gens de tous horizons étaient présents à la manifestation.

Pour sa part, Rakel Dink a dit que les Arméniens avaient vécu des choses qu'elle ne peut même pas dire à haute voix et qu'ils sont toujours confrontés à des problèmes similaires. Deux groupes de Nationalistes ont protesté contre le rassemblement, mais la police ne leur a pas permis de s'en approcher.

* 24 Avril Géorgie *

Le 24 Avril, un membre du Parlement géorgien, M. Jondi Baghaturia lors d’une déclaration au Parlement, a touché à la question la plus douloureuse pour les citoyens géorgiens d'origine arménienne : le génocide. Cette déclaration a entraîné une réaction inappropriée et brutale d’un autre député d’origine azérie, du district de Marneuli, M. Azer Suleymanov.

La réaction incohérente du député Azer Suleymanov était abusive, non seulement parce qu'il a considéré le génocide arménien dans un contexte négatif, mais en raison de ses déclarations publiques racistes concernant la nation arménienne. Même si l'article 52-4 de la Constitution géorgienne stipule que "Un membre du Parlement ne peut être poursuivi pour ses idées et ses opinions, dans et en dehors du Parlement, dans l'exercice de ses fonctions," les déclarations publiques racistes ne devraient pas être considérées faisant parties du contexte de la liberté des parlementaires de faire des déclarations. Ces actes doivent être considérés dans le contexte de l'article 1421 du Code pénal géorgien qui stipule que "la discrimination raciale, c'est à dire l'action qui incite à la haine nationale ou raciale ou de discrimination, à humilier le respect et la dignité nationale ... sera punie d’une peine pouvant aller jusqu'à trois ans d’emprisonnement."

Le même jour, le Médiateur de la Géorgie a publié une déclaration concernant ce fait, dans laquelle il mentionne : "Malheureusement M. Azer Suleymanov a souligné l'origine ethnique dans un contexte humiliant et insultant, et a essayé de discréditer son adversaire. Il est scandaleux que l'auteur de ces déclarations soit un membre du Parlement, qui à mon avis dans un tel cas, porte une responsabilité particulière."

Par ailleurs, M. Suleymanov, en tant que membre du parti politique Mouvement National Uni, a violé aussi l'article 3-8 de la Charte du parti, qui interdit à ses membres de procéder à des actes illicites ou à des actes qui humilient le nom et la dignité d’un autre Parti. A noter que les déclarations publiques racistes de M. Suleymanov contre la nation arménienne ont considérablement détérioré l'image du MNU, en Géorgie ainsi qu'à l'étranger.

Aussi, compte-tenu de la violation des valeurs morales et de la violation présumée de l'article 1421 du Code pénal géorgien par M. Azer Suleymanov, 35 organisations de la communauté arménienne de Géorgie de Tbilissi, de Samtskhe-Djavakhétie, de Kvemo Kartli, et de l'Adjarie ont demandé que :

1 - Le président de Géorgie, M. Mikhaïl Saakachvili, président du MNU, reconsidère la pertinence de l'adhésion de M. Suleymanov à son parti, et envisager la possibilité de son expulsion.
2 - Le président du parlement géorgien, David Bakradze, en vertu du de l'article 52-2 de la Constitution, donne son consentement pour prendre des mesures contre M. Suleymanov et diligente une enquête sur les propos émis en violation présumée de l'article 142 du Code pénal.
3 - Le Procureur général de Géorgie, M. Murtaz Zodelava, engage des poursuites pénales contre M. Suleymanov, afin de diligenter une enquête sur les propos émis en violation présumée de l'article 142 du Code pénal.

(...)

A la veille du 24 Avril, tous les directeurs des écoles arméniennes du Djavakhk ont été invités au Centre d’Akhaltskha et pour qu’ils abstiennent de participer aux tristes événements du 24 Avril.

"Suite à la messe commémorative dans l'église Saint Grégoire l'illuminateur, le cortège se dirigea vers le Khatchkar érigé à la mémoire des 1,5 million de victimes du génocide arménien. Sur le chemin, les participants ont longé l'école arménienne où les jeunes brandissaient des slogans antiturcs. Les portes des écoles ont été immédiatement bloquées, et les enfants n'ont pas été autorisés à sortir. Les enseignants ont assumé le travail de la police, tandis que les enfants sautaient par les fenêtres pour se rendre au Khatchkar après que la cérémonie de commémoration soit terminée.

Il est intéressant de noter que l'école arménienne n’a absolument rien fait concernant la commémoration du génocide, alors que tous les autres événements officiels sont largement célébrés dans cette école. Dans de nombreux cas, cela dépend énormément de la direction de l'école, qui aujourd'hui a opté pour une telle approche, en privant la jeune génération de son histoire et en leur inculquant une obéissance aveugle et de la servilité.

Dans les circonstances actuelles, les activités du gouvernement, ainsi que la gestion de l'école et le personnel enseignant sont extrêmement immoraux. Les autorités géorgiennes bâillonnent l'expression de leur identité nationale aux autochtones du Djavaghk, et cela ne peut pas rester impuni," indique le communiqué du centre de presse du Conseil National des Arméniens du Djavaghk.

* 24 Avril Italie *

Le 24 Avril, les sénateurs Albertina Soliani, Francesco Pardi et Laura Allegrini ainsi que le président Vannino Chiti ont honoré la mémoire des victimes du génocide arménien, en notant que la négation du génocide est irrecevable. Laura Allegrini a déclaré que la position géographique de l'Arménie et le conflit non-résolu du Haut-Karabakh gardent Erevan sous tension, lequel attache une grande importance à la démocratie.

Sous les auspices de l'ambassade arménienne d’Italie, différentes villes italiennes ont commémoré le 97e anniversaire du génocide arménien.

* Brève Arménie *

"C’était une démonstration d'agression délibérée contre la République de l'Arménie et notre population civile. L'armée azerbaïdjanaise a délibérément ouvert le feu en direction d’une école maternelle. Je tiens à souligner que les biens civils et en particulier les jardins d'enfants ne peuvent pas être des cibles militaires. Il y a eu un changement dans les actions de l'Etat azerbaïdjanais, et dans leur armée. Ces signes d'agression contre la population civile sont inquiétants," a déclaré l'expert militaire, David Djamalian.

Selon le service de presse du Ministère de la Défense, la violation du cessez-le a été enregistrée dans la partie nord de la frontière arméno-azerbaïdjanaise le 25 Avril. Les Azerbaïdjanais ont ouvert le feu sur le village Dovegh, distante de 15km de la frontière, dans la région de Tavouch, avec des armes de différents calibres. L'école maternelle du village et le véhicule Gaz 53 stationné à côté du bâtiment ont été endommagés. Les enfants et le personnel ont été rapidement évacués.

Les forces armées arméniennes ont pris des mesures pour neutraliser les sources. Fort heureusement, aucune victime n’est à signaler.

* Brève Karabakh *



"Les tirs sur la ligne de contact sont devenus plus intenses au cours des derniers jours. La partie azerbaïdjanaise a tiré plus de 2000 fois en direction des tireurs d'élite arméniens en quelques jours. Suite à quoi les soldats Antranik Madoyan et Ernest Sarkissian ont été blessés le 24 Avril. Ceci prouve une fois de plus que Bakou poursuit sa stratégie non-constructive et ouvre le feu y compris sur des ambulances de campagne pourtant repérables par une croix rouge, ignorant cyniquement les dispositions humanitaires de la Convention de Genève,"  a déclaré dans un communiqué le service de presse du Département de la Défense de la RHK.



Selon les données de l'armée de défense de la RHK, la partie azerbaïdjanaise a violé près de 500 fois le cessez-le-feu sur la ligne de contact avec plus de 2 600 coups de feu tirés d'armes de différents calibres, durant les sept derniers jours.



Rien que les 23 et 24 avril, plus de 1300 coups de feu ont été tirés, représentant près de 200 violations. Le 27 Avril, le soldat Hovhannes Nigohossian a été mortellement touché.



Selon le politologue Nareg Galestian, l’attaque de l’ambulance militaire dans la région de Davouch près du village d’Aygepar, avait pour but de démoraliser l'armée arménienne, mais c’est le contraire qui s'est passé. Deux des trois militaires blessés sont décédés sur le chemin de l’hôpital de  DIRDE. Une enquête a été diligentée.



* Brève OSCE *



Le 30 avril, l'OSCE effectuera sa mission de surveillance à la frontière Arménie-Azerbaïdjan, près des villages de Berkaber et Dovegh dans la région de Tavouch.



Suite aux accrochages de la semaine passée, les médiateurs ont sorti un communiqué :



"Les coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE (les ambassadeurs Robert Bradtke des États-Unis, Igor Popov de la Fédération de Russie et Jacques Faure de la France) sont profondément préoccupés par les récents rapports d'une série de violations du cessez-le-feu le long de la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan et sur la ligne de Contact qui ont entraîné un certain nombre de morts et de blessés. Ces actes violents et insensés vont contre l'engagement des parties à s'abstenir de recourir à la force et à rechercher un règlement pacifique du conflit du Haut-Karabakh, en contradiction avec l'esprit de la déclaration conjointe du 23 janvier 2012, des trois présidents Aliev, Medvedev et de Sarkissian.



Les coprésidents condamnent sévèrement toute perte de vie humaine et réitèrent qu'il n'y a pas d’autre alternative au conflit qu’un règlement négocié pacifiquement. Les coprésidents appellent instamment toutes les parties à respecter le cessez-le-feu de 1994 et de s'abstenir de mesures de rétorsion qui conduiraient à une nouvelle escalade."



* Brève Etats-Unis *



Le 27 avril, trois jours après la journée de commémoration du génocide arménien, et le communiqué pro-format du président Obama où le mot ‘génocide’ était soigneusement évité, le Vice-président Joe Biden s’est adressé aux donateurs turcs et Azéris qui ont contribué à une levée de fonds pour la future campagne d’Obama, à hauteur de 500.000 $. Les billets pour l'événement coûtaient 2500 $ par personne, plus de 200 membres des communautés turques et azerbaïdjanaises étaient présents.



"Nous recherchons des personnes comme les dirigeants turcs dans le reste de la région. C'est un modèle quant à la façon dont vous gérez une population islamique, un État islamique et une démocratie exemplaire, quelque chose que le reste de la région tâtonne pour y parvenir," a déclaré Joe Biden.


**

Extrait de Radiolour et de PanArmenian

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More