A la Une

samedi 3 novembre 2012

Conflit du Karabakh : Bakou et le groupe de Minsk de l’OSCE


 

Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Ce n’est pas nouveau, plus le temps passe et plus l’Azerbaïdjan s’impatiente. Ce qui ne l’empêche pas de se surarmer et de pousser les Arméniens à la faute. La dernière tentative (libération et héroïsation du meurtrier Safarov) ayant lamentablement échoué, Bakou essaie par tous les moyens de transférer la résolution du conflit sur d’autres instances internationales.

 

Manque de chance encore, vu que les dites instances ont d’autres chats à fouetter que de se pencher sérieusement sur le conflit du Karabakh. Et ce d’autant plus que
deux des médiateurs internationaux qui sont en charge du dossier ne sont rien moins que les deux superpuissances ayant des intérêts géostratégiques dans la région : Les Etats-Unis et la Russie. Force est de constater que le troisième coprésident – la France, ne joue aucun rôle politique et encore moins moteur sur le sujet, se contentant de reprendre les arguments des deux autres ; hélas ce n’est pas le président consensuel François Hollande qui modifiera cette situation. Rappelez-vous la réception par la France d’Ilham Aliev le 18 septembre dernier, soit à peine deux semaines après le retour triomphal de Safarov à Bakou.

 

Quant à l’UE qui intervient peu ou prou dans le cadre de la politique européenne de voisinage et du partenariat oriental, ses actions portent sur la société civile et l’économie des deux antagonistes. Aucune vision géostratégique et/ou géopolitique ; normal vu qu’il y a dans ces domaines autant d’avis que de pays membres. Par contre fournir des armes aux rebelles islamistes de Syrie par des voies détournées - via le Qatar et l’Arabie saoudite, çà elle sait faire.

 

Donc pas grand-chose à espérer ni de l’Occident ni de Moscou si ce n’est qu’ils ne mettent pas des bâtons dans les roues de l’Arménie et empêchent autant que faire se peut, que la Turquie mette son nez dans le conflit autrement qu’en paroles. L’exemple de la Géorgie est là qui nous montre comment le tandem turco-azéri phagocyte un pays. Quant à Ankara, son comportement avec Chypre, et maintenant avec Damas, nous donne une assez bonne idée sur la manière dont il met en œuvre sa politique de ‘zéro problème avec les voisins’.

 

Comme disait Jean de la Fontaine : ‘Aide-toy, le Ciel t’aidera’.

 

 

***

 

Traductions – revue de presse

 

***

 

Bakou mécontent du travail des coprésidents

 

Le secrétaire du parti gouvernemental ‘Yeni Azerbaïdjan’, Ali Ahmedov, a donné son sentiment sur les efforts des coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE et sur les tentatives de rapprocher les positions des parties en conflit.

 

"Les réunions sont nécessaires en vue de régler le conflit qui remonte à 20 ans. Vu que

 


 

***

 

Turquie

 

Les biens arméniens

 

"Un cimetière arménien n'a pas de valeur culturelle et le ministère turc de la culture et du tourisme n'est pas intéressé s’il va être détruit ou pas." C'est la réponse du ministère turc arrivée plusieurs mois après

 


 

***

 

Aéroport de Stepanakert

 

L’aéroport de Stepanakert a été officiellement mis en service le 1er octobre. Il avait reçu le 28 septembre un certificat de conformité aux normes internationales, y compris sur la sécurité, et a été autorisé à

 


 

***

 

France : Pénalisation du génocide

 

"Il ne fait aucun doute que le président François Hollande va remplir son engagement de campagne pour présenter une résolution pénalisant la négation du génocide arménien. Il ne devrait pas y avoir de doute que si le Président de la République a promis

 


 

***

 

Le coin des analystes et des experts

 

Elections américaines

 

"La puissance du lobby arménien aux Etats-Unis va devenir plus puissant en 2013, ce qui rend les efforts pour la reconnaissance du génocide d'autant plus importants. Le véritable test sera le défi en 2015 pour le 100e anniversaire du génocide, qui sera
 


 

Conflit du Karabakh

 

Les experts militaires russes prévoient des scénarios éventuels de conflits dans le cas où Moscou serait impliqué.

 

Selon les médias russes, la reprise de la guerre du Karabakh fait partie des choses possibles, avec l’hypothèse que

 


 

Turquie

 

Le journaliste turc Enver Aysever, pense qu'en 2015, les Nations Unies vont reconnaître le génocide arménien. Suite à quoi estime le turcologue Ruben Melkonian : "la décision risque fort d’ouvrir le chapitre des réparations : restitution de terres et

 
Suite

 

***

  *

 

 

Extrait de Armenialiberty, de Radiolour, de PanArmenian et de News.am

 
 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More