A la Une

vendredi 31 janvier 2014

François, Abdullah, Recep et les autres


 

***


Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian


***


Commentaires


Que la France passe des accords économiques avec la Turquie ou qu'elle discute du problème syrien avec ses dirigeants, rien de plus normal, mais quand la France, pays des droits de l'homme et du citoyen, caresse la Sublime Porte dans le sens du poil, là le président 'normal' agit de manière anormale.


Faire croire que l'UE est prête à accueillir la Turquie dès qu'elle aura satisfait aux critères d'adhésion – économiques, politique et juridiques, c'est-à-dire qu'elle aura bouclé les 35 chapitres, c'est aller vite en besogne. C'est oublier que la Turquie occupe toujours le tiers d'un pays membre de l'UE depuis 1974. C'est oublier qu'elle
maintient fermée ses frontières avec l'Arménie depuis 1993. C'est intégrer 80 millions d'individus (à horizon de dix ans) dont les valeurs démocratiques et morales sont loin de celles de l'UE, et risquer une indigestion chronique alors que l'Europe elle-même est loin d'avoir digérée la dernière arrivée massive de pays de l'Est - 10 en 2004, 2 en 2007 et 1 en 2013. Europe qui poursuit les négociations d'adhésion avec cinq pays et il  y en a trois autres qui sont en attente.

 
Il est grand temps de revoir les traités qui régissent les Etats membres, à commencer par celui de Maastricht qui instaurait l'Union européenne en lieu et place de la Communauté économique européenne. Ce qu'elle est redevenue.


Quand au dossier arménien, malgré les propos de François Hollande, rien de nouveau chez les négationnistes, pas de levée du blocus de l'Arménie, pas de reconnaissance d'un quelconque génocide, mais au contraire oublier ces 'événements douloureux' et tourner la page.


(…)


Et du côté d'Ilham ?


De nouveau un soldat arménien a été abattu par un snipper azéri à la ligne de contact. Comme dirait familièrement Aliev aux pays coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE qui répètent inlassablement 'non usage de la force ou de la menace de la force' : "Cause toujours tu m'intéresses".


Sacré Coué, ta méthode fait fureur auprès des médiateurs !


***


Traductions – revue de presse


***


Relations France-Turquie


"Les négociations d'adhésion doivent continuer sur la base de la transparence et le respect. Les négociations n'entraînent pas automatiquement l'adhésion, la question de l'adhésion [définitive] sera décidée lors d'un référendum. Mais cela ne doit pas nous empêcher de procéder à des négociations chapitre par chapitre", a déclaré François Hollande lors d'une conférence de nouvelles conjointe avec son homologue turc, Abdullah Gül.


"L'adhésion à l'UE est un 'objectif stratégique' pour la Turquie, mais Ankara ne veut pas voir se lever de nouveaux obstacles sur la voie de l'adhésion. Nous espérons que tout le monde va honorer ses promesses. Avec un


 

***


Relations Arménie-Suisse


Le 27 janvier le ministre arménien des Affaires étrangères Edouard Nalbandian a reçu Yves Rossier, le Secrétaire d'État du ministère fédéral des Affaires étrangères Suisse.


Le ministre a indiqué son grand attachement aux initiatives de la présidence Suisse de l'OSCE visant à accroître l'efficacité de l'activité de l'organisation, et a exprimé son soutien à la mise en œuvre de l'ordre du jour proposé par la Confédération. Il a




***


APCE


Le Président sortant de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) a exprimé l'espoir pour les parties en conflit "de mettre fin aux accusations mutuelles et de commencer un dialogue constructif" pour un règlement du conflit du Haut-Karabakh.

 
"J'ai toujours essayé de contribuer au règlement du conflit en organisant des réunions avec les dirigeants des délégations des deux pays. Je me rends compte que le règlement du conflit est une tâche difficile. Jusqu'ici,
 



***

 

Rapport 2014 de Freedom House


Les libertés, droits politiques mondiales et des libertés civiles, ont diminué en 2013 pour la huitième année consécutive.


L'Arménie et le Haut-Karabakh ont baissé d'un point (6 5) leur permettant d'acquérir le statut de "partiellement libre".


La hausse d'un point sur les libertés civiles (5 6) a plombé le statut de l'Azerbaïdjan, le mettant


Suite
 

***

 **

 
Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de Zaman et de Hurriyet

 


 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More