A la Une

samedi 28 février 2015

Relations Arménie-Azerbaïdjan


 

***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

C’est devenu une habitude bien ancrée, où tout ce que l’Arménie reproche à l’Azerbaïdjan, se retrouve en image inversée dans les accusations de Bakou. Que ce soit pour indiquer qui le premier a agressé physiquement l’autre, ou qui viole les accords signés en 1992 ou qui ne respecte pas les engagements pris devant les chefs des Etats coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE.

C’est un échange verbal qui peut durer longtemps, si ce n’est qu’en plus des diatribes anti-arméniennes, les dirigeants azéris associent le geste à la parole en abattant tout Arménien qui se trouve à portée de tir sur la ligne de front.

Avant même de se mettre d’accord sur un accord de paix, encore faudrait-il que l’on soit d’accord sur le sens des mots.
-      Ainsi, pour Bakou l’intégrité territoriale correspond à la situation géographique d’avant 1988, quand la région autonome du Nagorny (Haut) Karabakh était sous administration azerbaidjanaise. Alors que pour Erevan, l’intégrité territoriale n’englobe pas le Haut-Karabakh proprement dit, car au moment de l’indépendance de l’Azerbaïdjan en Aout 1991, il avait fait sécession de la RSS d’Azerbaïdjan depuis février 1988, conformément à la constitution et aux lois en vigueur en Union Soviétique.
-      De même, pour Bakou les propositions de paix sont celles émises en première mouture par les coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE, faites lors du sommet de l’OSCE à Madrid en novembre 2007 et  découlant de l’Acte final d’Helsinki, c'est-à-dire la résolution du conflit en six points ; à laquelle il faut ajouter les quatre résolutions non contraignantes prises par le Conseil de Sécurité au moment de la guerre arméno-azérie. Pour Erevan ce sont les propositions de base en trois points, des mêmes coprésidents, émises un peu plus tard. Ce sont ces trois propositions qui sont reprises et réaffirmées depuis par les pays coprésidents (Etats-Unis, Russie et France) lors de rencontres G7 ou G20, et par les organisations internationales (UE, OSCE, CoE, OTAN, ONU, …). Tout comme d’ailleurs qu’il n’y a pas de solution militaire au conflit.

Donc vouloir commencer à rédiger un accord de paix global n’a pas de sens. La condition préalable à tout accord et même préaccord, est le statut définitif du Haut-Karabakh. Point capital sur lequel la mésentente est profonde : Pour Aliev il n’est pas question de lâcher un pouce de terrain y compris la région autonome du Haut-Karabakh proprement dit ; Pour les Arméniens le retour de la dite région sous administration azérie est irrecevable.

Mais alors sur quoi peut-on négocier ? Sur le reste, c'est-à-dire de la zone de sécurité, composée des sept districts entourant le Haut-Karabakh. Et même là, les garanties de sécurité sont on ne peut plus vagues.


***

Traductions – revue de presse

Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de News.az et de Zaman

***

Arménie

Le ministre des Affaires étrangères Edouard Nalbandian a rejeté les informations comme quoi les coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE auraient soulevé lors de leur récente visite à Erevan, la question du retour des deux saboteurs azéris.

«Les crimes commis par les deux saboteurs Azéris, et notamment l'enlèvement et l'assassinat brutal d'un adolescent, ont été révélés, documentés et prouvés.

La communauté internationale est bien consciente de comment l'Azerbaïdjan accueille et glorifie les assassins, comme ce fut le cas de Safarov et pas seulement.


***

Relations Arménie-UE

"Malgré la décision de l'Arménie en Septembre 2013 de ne pas signer l'accord d'association approfondi et complet (AAAC) avec l'UE mais plutôt rejoindre l'Union économique eurasienne (UEE), l'UE reste déterminée à s’engager davantage avec l'Arménie, et à renforcer la coopération bilatérale dans le Partenariat oriental, dans tous les domaines compatibles avec les récents choix politiques de l'Arménie," a déclaré le chef de la délégation de l'UE en Arménie, Traian Hristea, lors de la conférence sur "la coopération UE-Arménie : la perspective dans la politique réelle de l'environnement "

"Actuellement, nous réfléchissons conjointement avec nos homologues arméniens sur la portée des futures relations UE-Arménie. Suite à la déclaration conjointe publiée au sommet du partenariat oriental à Vilnius en Novembre 2013, les deux parties ont commencé


***

Artsakh

«L'Azerbaïdjan a adopté une nouvelle stratégie de longue durée : la guerre de fatigue. La fin de 2014 et le début de 2015 ont été sans précédent en ce qui concerne la tension sur la ligne de contact,» a déclaré le ministre de la Défense de l’Artsakh, le Gal Movses Hagopian.

«En 2013, la partie adverse n’a mené aucune action subversive, en 2014, il y en a eu dix-neuf. Sur les vingt-quatre signalées au cours des deux derniers mois, l'ennemi a réussi à percer la défense arménienne. Toutefois, cela ne signifie pas que l'armée azerbaïdjanaise est prête au combat. L'analyse montre que les actes subversifs ont été réalisés par des commandos formés en Turquie», et de poursuivre :


***

Turquie

Suite aux propos du président Sarkissian et du retrait des protocoles arméno-turcs de l’Assemblée nationale, le ministre des Affaires étrangères turc a réitéré les conditions posées par Ankara pour la normalisation des liens avec l'Arménie.

«Le règlement du conflit du Karabakh est essentiel pour établir la paix dans le Caucase du Sud. Pour normaliser ses liens avec Ankara, Erevan doit restituer les territoires du Karabakh. L’Arménie ne prend aucune mesure pour résoudre le conflit du Karabakh,» a indiqué Mevlut Cavusoglu.

«()… Le Caucase du Sud, la Méditerranée et la mer Noire ont toujours été d'une grande importance pour la Turquie. Malheureusement, il y a


***

Russie

Le porte-parole officiel du ministère russe des Affaires étrangères, Alexandre Loukachevitch, s’est dit préoccupé par la situation à la ligne de contact entre les forces arméniennes et azerbaïdjanaises.

«J'attire l'attention sur la situation à la ligne de contact, qui, certainement, provoque des troubles et retarde la progression du processus que les États membres de l'OSCE s’efforcent d'atteindre.

La Russie joue un rôle actif dans le règlement du conflit du Karabakh en tant que pays coprésident du groupe de Minsk de l'OSCE et par le biais de contacts bilatéraux.

Les échanges du Président Vladimir Poutine avec les dirigeants de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan est un facteur important contribuant à la promotion de la résolution des conflits,» a déclaré le Haut-fonctionnaire russe.

***

Etats-Unis

Le Département d'Etat américain a de nouveau appelé la partie arménienne à retourner à Bakou les saboteurs azerbaïdjanais qui avaient tué un adolescent arménien au Haut-Karabakh.

Selon la porte-parole du département d'Etat américain, Jen Psaki, les États-Unis avaient, préalablement préconisé par l'intermédiaire de Ambassadeur James Warlick, la libération de ces deux prisonniers et leur transfert au gouvernement azerbaïdjanais. Demande reprise récemment par  la Secrétaire d'Etat adjoint pour les Affaires européennes et eurasiatiques, Victoria Nuland.

"Les parties ont généralement trouvé un moyen dans le passé de restituer des prisonniers comme un geste humanitaire, et ces gestes humanitaires permettent de réduire les tensions et de renforcer la confiance entre les parties. Donc, c’était à cela que Mme Nuland faisait allusion," a souligné Jen Psaki.

Comme indiqué précédemment, les autorités de l'Arménie avaient conseillé le gouvernement de l’Artsakh sur les suites à donner à une telle demande. Elles ont rappelé que les personnes qui tuent des civils ne peuvent pas être considérées comme des prisonniers de guerre, mais plutôt comme des criminels de guerre. Ils ont également rappelé le cas de Ramil Safarov qui est devenu un ‘héros’ une fois retourné à Bakou.

***

Azerbaïdjan

«L’Arménie tente d'entraver la reprise des pourparlers de fond sur le conflit du Haut-Karabakh. Edouard Nalbandian a montré une fois de plus à la communauté internationale ‘qui’ bloque vraiment l'instauration de la paix et de la sécurité dans la région. Les dirigeants arméniens sont entièrement responsables des tensions actuelles sur la ligne de contact entre les armées arméniennes et azerbaïdjanaises", a déclaré le porte-parole du ministère azéri des Affaires étrangères, Hikmet Hajiyev.

Lors d'une réunion avec les médiateurs du Groupe de Minsk, le ministre arménien avait accusé l'Azerbaïdjan de violations brutales du cessez-le-feu et de mener des actions délibérées en vue de fausser les résultats du processus de négociation sur les grands principes du conflit.

"Le soi-disant ‘régime’ du Haut-Karabakh n'a jamais participé aux négociations sur l'élaboration des principes de base. Il est évident que

Suite

***

Le coin des experts et des observateur
 
* Gareth Jenkins et les protocoles Arméno-turcs

* Hovhannes Igitian  les protocoles Arméno-turcs
 
* Viken Kotcharian et le génocide arménien

 

***
 **


Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de News.az et de Zaman

 
 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More