A la Une

dimanche 15 mars 2015

1915 - 2015


 

***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

En 1965, lors du cinquantenaire du génocide de leurs parents perpétré en 1915 par le gouvernement ottoman des Jeunes-Turcs, la population d’Erevan est descendue dans la rue le 24 Avril en criant «Մեր հողերը» [Nos terres]. Fallait le faire en plein régime soviétique !

Cinquante ans plus tard, la communauté arménienne de France a commencé les diverses manifestations mémorielles qui se déclinent en conférences, exposés, débats, colloques, expositions, projections, concerts, cérémonies religieuses, inaugurations de stèles, de monuments, de rues, etc... . Auxquels n’oublions pas d’ajouter des défilés dans les grandes villes le jour du 24 Avril. C’est bien, cela fera connaître l’histoire et la culture arméniennes à celles et ceux qui ne la connaissent pas et notamment aux non-Arméniens.

Un siècle après, on reste essentiellement dans un contexte mémoriel.

Une question se pose : Et après, une fois que ces diverses manifestations auront eu lieu ?
Et d’une manière générale :
-      Quid du volet politique ?
-      Quid de la pénalisation du déni de génocide par le gouvernement français ?
-      Quid de l’action de la France pour peser sur la Turquie directement, ou indirectement à travers l’Union européenne ?
-      Quid de l’action de la France pour peser sur l’Azerbaïdjan en tant que coprésident du Groupe de Minsk de l’OSCE dans le règlement pacifique du conflit du Karabakh.
-      Quid du volet revendicatif du peuple arménien ?
-      Quid du volet des réparations dues par la Turquie ?

La France a ouvert le chemin en reconnaissant le génocide arménien en Janvier 2001 sans citer l’auteur, c’était l’aboutissement d’un long combat. Tout comme on peut se féliciter que des municipalités, des départements voire des régions investissent en Arménie ou se lancent dans des partenariats ou des jumelages.

Aller à Erevan le 24 Avril, c’est bien, mais en tant que citoyen français d’origine arménienne, j’attends de mon gouvernement – quel qu’il soit, plus que des promesses ou des gestes symboliques : des actes et surtout des résultats ; et notamment sur les deux processus qui plombent l’Arménie : La normalisation des relations arméno-turques et la résolution pacifique du conflit du Karabakh.
 

***

Traductions – revue de presse

***

OSCE

Discours du ministre des Affaires étrangères arménien, Edouard Nalbandian, devant le Conseil permanent de l’OSCE.

«C’est un plaisir de m’adresser de nouveau au Conseil permanent. La dernière fois que j’étais ici, c’était en 2013 en ma qualité de Président du Comité des Ministres du Conseil de l'Europe. Je vais commencer par la question la plus importante sur notre agenda national aujourd'hui : la commémoration du centenaire du génocide arménien.

En mai 1915, les gouvernements de la France, de la Grande-Bretagne et de la Russie ont qualifié les massacres arméniens comme étant des «crimes contre l'humanité et la civilisation." C’était une des premières fois qu’on utilisait l'expression «crimes contre l'humanité" au niveau international, l’élaborant comme un concept inhérent au système juridique international.

Pour les contemporains du génocide arménien cela peut vraiment ressembler à


***

Parlement européen

Le 12 Mars, le Parlement européen a adopté le rapport annuel sur les droits de l'homme et de la démocratie dans le monde en 2013.

Plusieurs clauses de ce document concernent l'Arménie, en particulier le paragraphe 77 qui stipule : "à l'approche du 100e anniversaire du génocide arménien, invite tous les États membres de l'Union à le reconnaître sur le plan juridique et les encourage, ainsi que les institutions européennes, à continuer à promouvoir sa reconnaissance;»

Les Amis Européens de l'Arménie (EuFoA) ont chaleureusement accueilli ce rapport. Son Directeur, M. Eduardo Lorenzo Ochoa, a déclaré : «Après une longue pause, le Parlement européen réaffirme sa position sur le génocide arménien, et réaffirme également que les génocides et leurs dénégations sont une question de droits de l’homme. Au cours de cette année spéciale, nous
 

***

OSCE

Le service de presse du ministère des Affaires étrangères bélarusse a précisé que le 12 Mars Vladimir Makei a rencontré les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE: Igor Popov de la Fédération de Russie, James Warlick des États-Unis d'Amérique, et Pierre Andrieu de la France. Ils ont été rejoints par le représentant personnel du Président de l'OSCE en exercice, Andrzej Kasprzyk. Les coprésidents et le représentant personnel ont informé le ministre biélorusse sur la situation dans la zone de conflit et le développement du processus de négociation. Les perspectives de coopération future ont été discutées, y compris une éventuelle assistance de la Biélorussie au processus de règlement.

Vladimir Makei a indiqué : «Je vous confirme notre volonté d'accueillir les pourparlers de paix sur le Haut-Karabakh. Si nécessaire, nous pouvons
 
SUITE

***

Artsakh

Le porte-parole du Président, David Babayan, a commenté la récente déclaration faite par le coprésident américain du groupe de Minsk de l'OSCE, James Warlick, qui stipulait que «les intérêts de la population du Haut-Karabakh devra être pris en compte dans les négociations.»

"Bien qu'il ne l’a pas dit explicitement, il est clair que le conflit ne peut être réglé sans la participation du Haut-Karabakh. Nous considérons cette déclaration comme importante. Personne ne peut représenter au mieux les intérêts de la population de l'Artsakh que les gens de l'Artsakh eux-mêmes.

La pratique a prouvé que
 
SUITE

***

Turquie

«L'Arménie est la cause des problèmes dans le Sud-Caucase. Malgré que la Turquie a maintes fois tendu une main amicale aux Arméniens, les autorités du pays l’ont rejeté systématiquement,» a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.

«L'Arménie a des problèmes de relations avec tous les pays voisins, elle doit reconsidérer sa politique étrangère.

En ce qui concerne les événements de 1915, Ankara espère que les autorités américaines ne changeront leur position sur le sujet, sinon les relations entre Washington et Ankara peuvent grandement se détériorer,» a-t-il souligné.

En parlant des événements de 1915, le président Barack Obama n'a jamais pas prononcé officiellement le mot «génocide», même si personnellement il y est favorable.

***

Azerbaïdjan

En réponse aux remarques du ministre des Affaires étrangères arménien, la Mission permanente de l'Azerbaïdjan auprès de l'OSCE a sorti le communiqué suivant :

«L’OSCE doit pousser l'Arménie à retirer ses troupes des territoires occupés de l'Azerbaïdjan et commencer à travailler sur un accord de paix. Cette réunion du Conseil permanent de l'OSCE peut créer une occasion unique pour l'Arménie de comprendre l'inquiétude croissante des Etats membres de l'organisation sur la violation en utilisant la force des frontières internationalement reconnues.

L'Azerbaïdjan est engagé dans le processus de règlement du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabakh et soutient les efforts du Groupe de Minsk de l'OSCE dans ce processus. Le pays estime que
 

***

OTAN

Du 2 au 4 Mars, le groupe de l'OTAN traitant de la mise en œuvre du Plan d'Arménie-OTAN de l’action individuelle pour le Partenariat (IPAP) et du processus de planification et d'examen (PARP), se trouvait à Erevan.

La visite, organisée conjointement par le ministère des Affaires étrangères et le ministère de la Défense de la République d'Arménie, visait à examiner les engagements mutuels de l'Arménie et de l'OTAN et de révéler la coopération supplémentaires et des possibilités d'assistance par les programmes IPAP et PARP.

Le premier vice-ministre de la Défense, David Tonoyan, représentait le gouvernement arménien. Une attention particulière a été accordée aux efforts du ministère de la Défense dans les réformes en matière d'éducation militaire et de gestion du personnel, au renforcement de la coopération et à l'élargissement du champ des cercles de maintien de la paix internationale, ainsi que l'amélioration du rôle des femmes dans la défense.

***
 
Le coin des experts et des observateurs


- Hagop Badalian : De l’incidence des relations Etats-Unis-Iran.

- Hagop Badalian : De l’incidence de la Russie dans le conflit du Karabakh.

- Naira Hayroumian : Des tractations pour faire baisser la tension à la ligne decontact.

- Hrant Melik-Chahnazarian : Des alliances azerbaidjanaises.

- Gagik Haroutiounian : De la dérive azerbaidjanaise

***
 **
 

Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de Today.az et de News.az

 

 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More